email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LES ARCS 2020

Critique : Wolfwalkers

par 

- Ce film d'animation par Tomm Moore et Ross Stewart propose un beau récit sur l'amitié, l'amour et le courage

Critique : Wolfwalkers

Un nouveau film surprenant est venu confirmer le succès durable de l’industrie de l’animation irlandaise. Le film en question est le titre fantastique Wolfwalkers [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Tomm Moore et Ross Stewart, présenté cette année au Festival des Arcs (12-19 décembre). Les deux premiers longs-métrages de Moore, Brendan et le secret de Kells [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Didier Brunner
interview : Tomm Moore
interview : Viviane Vanfleteren
fiche film
]
et Le Chant de la mer [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Tomm Moore
fiche film
]
(co-réalisé avec Nora Twomey), ont été encensés et se sont tous deux trouvés nominés pour l’Oscar du meilleur film d’animation. De son côté, Stewart a travaillé comme directeur artistique sur Brendan et le secret de Kells et comme artiste conceptuel sur Le Chant de la mer.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire de Wolfwalkers, scénarisée par les deux réalisateurs avec Will Collins (Le Chant de la mer) se passe à Kilkenny en 1650, alors que l'Irlande sous la domination anglaise, à une époque de superstitions et de magie où les loups étaient vus comme des créatures démoniaques et la nature un mal à dompter à tout prix. Le film suit les aventures téméraires d’un jeune et courageuse (quoique maladroite) apprentie-chasseuse, Robyn (auquel Honor Kneafsey prête sa voix), qui arrive en Irlande avec son oiseau de proie Merlyn et son père (Sean Bean) pour éliminer la dernière meute de loups meute de loups qui rôde dans les alentours de la ville. Un jour, Robyn sauve une locale très farouche appelée Mebh Óg MacTíre (Eva Whittaker), et ainsi se noue une belle amitié qui va l’amener à découvrir le monde mystérieux des "wolfwalkers" du titre, et à se transformer en la chose même que son père est chargé d'anéantir. Le grand tournant du film survient quand la mère de Mebh, Moll (Maria Doyle Kennedy), ou plutôt sa version louve, se fait capturer, ce qui va bouleverser encore davantage la vie des deux jeunes filles.

Pendant tout le film, le lien entre Robyn et Mebh, plein d'affection et de tendresse, est exploré en profondeur. À mesure qu'il se développe, les enfants et les adultes vont apprendre, ou peut-être redécouvrir, le mal que font les préjugés et la discrimination ainsi que l’importance d’accepter la puissance de la nature et de prendre soin de l’environnement, au lieu de les combattre. Le portrait qui est fait du méchant de l’histoire, le Seigneur Protecteur (Simon McBurney) qui supervise la ville, est assez classique, mais il a un impact suffisamment grand pour embraser l'intrigue centrale et instiller de l’antipathie chez les jeunes spectateurs.

Pour ce qui est des caractéristiques esthétiques de ce film d’animation, Wolfwalkers se démarque par ses superbes animations de dessins faits à la main, où des bords bien dessinés ainsi des formes rondes et carrées créent des personnages et des environnements qui sont agréable à l’œil et divertissants à regarder. Ils sont accompagnés par une bande originale qui mise fortement sur l'émotion, composée par Bruno Coulais. La musique du film a également bénéficié de la contribution du groupe de folk irlandais Kila, en particulier avec la chanson Howls the Wolf.

En somme, ce film de Moore et Stewart est un conte joliment raconté et visuellement saisissant sur l’amitié, l’amour et le courage. La narration, fascinante, trouve le bon équilibre entre les moments galvanisants et touchants et les passages plus légers et humoristiques. Ainsi, Wolfwalkers s'adresse aux enfants et aux adultes, et le fait incroyablement bien.

Wolfwalkers a été produit par Cartoon Saloon (Irlande), Mélusine Productions (Luxembourg) et Folivari (France). En France, il sera distribué par la société parisienne Haut et Court.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy