email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France

Fin de tournage en vue pour Avec amour et acharnement de Claire Denis

par 

- Juliette Binoche, Vincent Lindon et Grégoire Colin en tête d’affiche du 13e long de la cinéaste. Une production Curiosa Films vendue par Wild Bunch International et Anton

Fin de tournage en vue pour Avec amour et acharnement de Claire Denis
La réalisatrice Claire Denis

Entrée dans la dernière ligne droite à Paris pour le tournage de Avec amour et acharnement de Claire Denis, démarré le 14 décembre. En tête d’affiche, la réalisatrice retrouve trois habitués de son cinéma. Juliette Binoche (Oscar 1997 du meilleur second rôle et nominée pour le titre de meilleure actrice en 2001, prix d'interprétation à Cannes en 2010, meilleure actrice à Berlin en 1997 et à Venise en 1993, appréciée récemment dans La Vérité [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hirokazu Kore-eda
fiche film
]
et La bonne épouse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, et que l’on verra prochainement dans Le quai de Ouistreham) était en effet de la partie dans Un beau soleil intérieur [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et de High Life [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Claire Denis
fiche film
]
. C’est également une troisième association pour la cinéaste avec Vincent Lindon (prix d’interprétation à Cannes en 2015 et César 2016 du meilleur acteur pour La loi du marché [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
, nominé aussi dans cette catégorie aux César 1993, 2000, 2008, 2010 et 2013; à son avantage ces derniers temps dans En guerre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
et L’apparition [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
; et attendu en 2021 dans Titane) qui figurait au casting de Vendredi soir [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et Les salauds [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
. Quand à Grégoire Colin (omniprésent récemment notamment avec son premier rôle dans Si le vent tombe [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et de multiples apparitions comme dans Amants [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicole Garcia
fiche film
]
, Passion simple [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Danielle Arbid
fiche film
]
, Camille [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Boris Lojkine
fiche film
]
, Le prix du succès [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Teddy Lussi-Modeste
fiche film
]
), il a déjà tourné six fois chez Claire Denis depuis Nénette et Boni.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au casting figurent également la réalisatrice Mati Diop (qui est déjà passé devant la caméra entre autres dans Fort Buchanan [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), la chevronnée Bulle Ogier (nominée aux César 2000 et 2008 du second rôle, à l’affiche l’an dernier dans Merveilles à Montfermeil [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), le jeune Issa Perica (nominé au Lumières 2020 de révélation pour Les Misérables [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ladj Ly
fiche film
]
) et pour la première fois à l’écran Hana Magimel (la fille de Benoît Magimel et de Juliette Binoche).

Écrit par Claire Denis et la romancière Christine Angot (déjà complices d’écriture pour Un beau soleil intérieur), le scénario de Feu fait le récit d’un triangle amoureux passionné. Jean et Sara vivent ensemble depuis dix ans. Quand ils se sont rencontrés, Sara partageait la vie de François, le meilleur ami de Jean et son grand admirateur à l’époque où Jean jouait au rugby en professionnel. Jean et Sara s’aiment. Un jour, Sara aperçoit François dans la rue. Il ne la remarque pas, mais elle est submergée par la sensation que sa vie pourrait soudainement changer. Pour la première fois depuis des années, François reprend contact avec Jean et lui propose de retravaillent ensemble. Se déclenche alors une spirale incontrôlable…

Feu est le 14e long de Claire Denis qui a été sélectionnée six fois à la Mostra de Venise (en compétition avec S'en fout la mort en 1990, L'intrus [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
en 2004 et White Material [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en 2009, à Cinema del Presente en 1999 avec Beau travail, à Controcorrente en 2002 avec Vendredi soir, et hors compétition en 2008 avec 35 Rhums [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), cinq fois à Cannes (en compétition avec Chocolat en 1988, hors compétition avec Trouble Every Day en 2001, à Un Certain Regard avec J'ai pas sommeil et Les salauds en 1994 et 2013, et à la Quinzaine des Réalisateurs 2017 avec Un beau soleil intérieur), qui a remporté un Léopard d'or à Locarno en 1996 avec Nénette et Boni et qui a participé à la compétition à San Sebastián en 2018 avec High Life. Quant au projet The Stars at Noon (lire la news) avec Robert Pattinson, il est pour l'instant en stand by.

Produit par Olivier Delbosc pour Curiosa Films, Avec amour et acharnement a notamment été préacheté par Canal+. La direction de la photographie est assurée par Éric Gautier (César de sa spécialité en 1999 et nominée six autres fois depuis et qui compte aussi dans sa filmographie entre autres Into the Wild et Carnets de voyage [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
). La distribution France sera pilotée par Ad Vitam et les ventes partagées par Wild Bunch International et la société britannique Anton (dont la Française Cécile Gaget dirige la division production et distribution internationales depuis octobre).

Pour mémoire, Curiosa Films comptent en post-production Illusions perdues de Xavier Giannoli (lire l’article - sortie programmée le 20 octobre 2021), Le quai de Ouistreham d’ Emmanuel Carrère (article), En attendant Bojangles de Régis Roinsard (article), Le Trésor du Petit Nicolas de Julien Rappeneau, Les choses humaines d’Yvan Attal (article), la comédie franco-belge Mystère à Saint-Tropez de Nicolas Benamou (avec au casting Gérard Depardieu, Christian Clavier, Benoît Poelvoorde et Thierry Lhermitte), Une jeune fille qui va bien de Sandrine Kiberlain (le premier long de réalisatrice de l’actrice avec Rebecca Marder en tête d’affiche). Et sont en attente de sortie Profession du père [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Jean-Pierre Améris et Hommes au bord de la crise de nerfs de Audrey Dana.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy