email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France

Karin Viard et Grégory Gadebois pour Le déhanché d’Elvis

par 

- Tournage terminé pour le duo qui brille en tête d’affiche du premier long métrage de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller. Une production Quad vendue par TF1 Studio

Karin Viard et Grégory Gadebois pour Le déhanché d’Elvis
L'actrice Karin Viard et l'acteur Grégory Gadebois

Le premier long métrage de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller, Le déhanché d’Elvis (titre provisoire), est désormais en post-production après six semaines de tournage en région parisienne du 21 décembre au 5 février. Récompensé par le César 2020 du meilleur court-métrage et le prix de la presse internationale de MyFrenchFilmFestival pour Pile poil, le duo de cinéastes a de nouveau fait appel au casting à Grégory Gadebois (nominé au César 2014 du meilleur acteur pour Mon âme par toi guérie [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, au César 2020 du meilleur second rôle pour J’accuse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et au César 2012 du meilleur espoir pour Angèle et Tony [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, récemment à son avantage dans Police [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Anne Fontaine
fiche film
]
, et que l’on verra bientôt notamment dans Délicieux [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Présidents, En attendant Bojangles et Julia) qui partage la tête d’affiche avec Karin Viard (César 2000 de la meilleure actrice et nominée en 2005, 2012, 2015, 2018 pour Jalouse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et 2020 pour Chanson Douce [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
; César 2003 et 2019 du meilleur second rôle et nominée en 1998, 2009, 2011 et 2016; en salles dans L'Origine du Monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Laurent Lafitte
fiche film
]
et bientôt dans Tokyo Shaking). Sont également de la partie Philippe Uchan (régulièrement à l’affiche des films d’Albert Dupontel et de Bruno Podalydès) et Noée Abita (révélée dans Ava [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Léa Mysius
fiche film
]
et Lumières 2021 de la révélation pour Slalom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Charlène Favier
fiche film
]
).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Écrit par les deux cinéastes, le scénario est centré sur une femme qui aurait pu s'appeler Albertine, Françoise ou Josette. C'est tombé sur Maria... Ce qui l'oblige à préciser régulièrement qu'elle n'est ni espagnole, ni portugaise, ni italienne. Elle a 45 ans, elle est femme de ménage, souriante, timide et maladroite. Elle ne quitte jamais son carnet à fleurs dans lequel elle écrit des poèmes, en secret. Oratio son vieil ours de mari depuis 25 ans, qui lui est bien portugais, écoute du fado à longueur de journée. Quand Maria est affectée à l'École des Beaux-Arts, elle rencontre Hubert, le gardien fantasque de l'école depuis 20 ans. Ce "dépressif actif", qui s'entraîne pour avoir le déhanché d'Elvis Presley va mettre le rouge aux joues de Maria. Quand on a toujours été fidèle, docile, dévouée et discrète, comment faire pour ne pas succomber ? Et n'est-il pas enfin temps de se laisser envahir par la vie ?

Produit par Foucauld Barré et Nicolas Duval Adassovsky pour ADNP Quad Films, Le déhanché d’Elvis est coproduit par France 3 Cinéma et par TF1 Studio (qui sortira le film en France via UGC). Également préacheté par Canal+ et Ciné+. Les ventes internationales sont pilotées par TF1 Studio.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy