email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LUXEMBOURG 2021

Critique : Les témoins vivants

par 

- Ce documentaire à forte teneur pédagogique, réalisé par Karolina Markiewicz et Pascal Piron, pose un regard touchant sur la perception de la Shoah chez les jeunes

Critique : Les témoins vivants

16 octobre 1941. Détenus à l’Abbaye de Cinqfontaines, seul centre d’internement des juifs au Luxembourg durant la Seconde guerre mondiale, 323 citoyens d’origine juive sont déportés vers Łódź en Pologne. Seulement 12 reviendront. Avant l’Occupation, le pays comptait environ 3 500 juifs. Si certains se sont enfuis au Portugal, les deux-tiers ont perdu la vie.

Présenté lors du 11e Luxembourg City Film Festival, Les témoins vivants [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Karolina Markiewicz et Pas…
fiche film
]
part donc d’un fait précis (la première vague de déportation des juifs du Grand-Duché) mais, tout en revêtant certaines caractéristiques du reportage historique, il n’en est pas vraiment un. L’intention réside plutôt ici dans la peinture d’une réflexion intergénérationnelle à forte teneur pédagogique. Le spectateur assiste à la prise de conscience politico-historique des impacts de la Shoah chez trois jeunes gens ayant vécu des traumatismes qui, sans nécessairement être équivalents aux horreurs de l’Holocauste, n’en demeurent pas moins comparables.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Il y a Christina Khoury, 20 ans, réfugiée syrienne arrivée au Luxembourg en 2013 et qui vient d’obtenir la nationalité; Dean Schadeck, un lycéen de 17 ans, militant des droits LGBTQ et dont l’enfance fut difficile; puis Chadon Tina Marie Yapo, 20 ans, ayant fui la Côte d’Ivoire en pleine crise post-électorale. Ils sont guidés par Claude Marx, ancien président du Consistoire israélite de Luxembourg. Quand il avait huit ans, cet homme a passé des mois caché dans un grenier pour échapper à la déportation. C’est d’ailleurs son association, MemoShoah, qui a proposé aux réalisateurs Karolina Markiewicz et Pascal Piron ce projet de documentaire voulant interroger la façon dont l’Histoire s’écrit.

Du camp d’Auschwitz au Mémorial de Berlin, en passant par le Polin Museum situé à l’emplacement de l’ancien ghetto de Varsovie, le petit groupe de "témoins vivants" traverse l’Europe pour remettre en question l’antisémitisme et la responsabilité civique de tout un chacun. Dans cette entreprise, Marx est l’entremetteur : au cours du voyage, il organise des rencontres avec des survivants à qui les étudiants posent des questions. Parmi les moments forts, on retient les discussions avec Marian Turski, grand historien et journaliste polonais déporté à 17 ans; ou encore avec Halina Szpilman-Grzecznarowski, ex-prisonnière des camps de Sachsenhausen et Buchenwald : elle fut l’épouse de Władysław Szpilman, le compositeur ayant inspiré Roman Polanski pour son film The Pianist [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(2002).

C’est avec beaucoup de déférence que les jeunes sont filmés aux côtés des rescapés, et de Claude Marx qui s’impose tel un humble mentor. L’homme tente d’expliquer l’inexplicable, avec peu de mots et une retenue qui force l’admiration : il est la grande valeur ajoutée du film. Si le spectateur découvre en lui un excellent pédagogue, c’est davantage le regard admiratif qu’il porte sur ses « petits élèves » qui est touchant.

Par exemple, lorsque le groupe est confronté à des actes homophobes dans les rues de Varsovie, les réactions sont vives : les étudiants partagent leur étonnement, leur désarroi. Aux côtés de militants polonais désemparés, les jeunes expliquent vouloir jouer un rôle actif dans une société plus juste et inclusive. Par sa seule présence, Claude Marx incarne le lien entre passé et présent, tel un veilleur qui rappelle inlassablement que les horreurs de l’Histoire finissent toujours par se répéter…

Les témoins vivants est produit et distribué par Paul Thiltges Distributions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy