email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CPH:DOX 2021 Nordic:Dox Award

Critique : How to Kill a Cloud

par 

- Tuija Halttunen considère l’ensemencement des nuages et les questions éthiques que cela pose, à travers les yeux d’une scientifique finlandaise

Critique : How to Kill a Cloud

Le titre fait dramatique, mais l’information nous est vite communiquée : "tuer un nuage" signifie le forcer à pleuvoir, ce qui le fait s'évanouir et disparaître totalement. Dans le documentaire How to Kill a Cloud [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Tuija Halttunen
fiche film
]
de la Finlandaise Tuija Halttunen, en lice dans la section Nordic:Dox Award de CPH:DOX 2021, la science de l’ensemencement des nuages (pour user du terme officiel) est expliquée au commun des mortels.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Halttunen y suit sa compatriote scientifique Hannele Korhonen jusqu’aux Émirats arabes unis, où elle dirige un projet pour lequel elle a reçu une bourse de recherche d'1,5 million de dollars. L'objectif est de participer aux ambitieuses tentatives de l'État arabe de simuler la pluie. C’est un pays chaud et aride, de sorte qu'il n'est pas surprenant qu'il soit prêt à tout pour produire plus de pluie et d’eau.

Korhonen fait partie des rares femmes qu’on voit dans le film. Elle se démarque aussi par son sens de l’humour abrasif, qui gêne jusqu'à son collègue finlandais quand elle plaisante sur les cravates affreuses. Les hommes qui évoluent autour d’elle sont du genre geek. Elle passe le plus gros de sa vie entre les rendez-vous et les événements de réseautage où tout le monde préfère les conversations sur des sciences inconcevables aux bavardages sans conséquences. Korhonen elle-même est plus à l'aise quand elle mène des expériences scientifiques. Avant d’aller aux Émirats arabes unis, elle réfléchit un temps à ce qu’elle a entendu sur les droits humains là-bas et le traitement des travailleurs immigrés. Malgré tout, c'est une telle opportunité qu’elle passe outre ses doutes et quand elle arrive à Dubaï et Abou Dhabi, elle est agréablement surprise par ce qu’elle trouve là-bas. Cela dit, son plaisir à y voir des femmes à des postes importants met en évidence ses lacunes sur la culture locale. Ce ne sera pas la dernière fois que Korhonen va devoir mettre sur la balance la valeur scientifique d'une part et l’éthique de l'autre.

La réalisatrice Tuija Halttunen (Neighbours, State of Mind) fait le choix d'une caméra strictement en observation, et commence par s'intéresser à la science et à la vie de notre chercheuse avant d’en venir aux questions éthiques. Elle nous accompagne à travers les principes de l’ensemencement des nuages : en 1947, le frère de Kurt Vonnegut, Burt, a eu la brillante prise de conscience du fait qu’on pouvait forcer un nuage à neiger en versant dessus de la glace carbonique. C’est une belle découverte, mais insuffisante à elle seule pour amener la pluie dans le désert. Les scientifiques de neuf très grands groupes mondiaux sont donc amenés aux Émirats arabes unis pour chercher comment créer des nuages qui vont permettre de contrôler la météo. Cependant, à mesure que le temps passe, Hannele se retrouve face à des questions morales par rapport à des signataires du traité et du pouvoir que quelqu’un peut avoir s’il fait ce qu'il veut des nuages. Une séquence particulièrement éprouvante sur la guerre du Vietnam souligne le fait que les Américains ont ensemencé des nuages pour semer le chaos dans le pays asiatique. Bizarrement, les réalisateurs ont toute confiance sur le fait que la signature d'un traité pourra empêcher ce genre de crime d'être commis de nouveau, et ce bien que l’Histoire nous ait enseigné que les pays peuvent abandonner les traités quand ils ne les arrangent plus. La question de la science face à l’éthique est compliquée, et Halttunen parvient à l'évoquer sans faire l'oiseau de mauvais augure ni tomber dans le mélodrame, laissant au public la décision finale du meilleur parti à prendre.

How to Kill a Cloud a été produit par Wacky Tie Films et Copenhagen Film Company. Les ventes internationales du film sont gérées par Rise and Shine World Sales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy