email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

DOK.FEST MUNICH 2021

Critique : He’s My Brother

par 

- Cet émouvant documentaire par Cille Hannibal et Christine Hanberg se penche sur l’univers complexe d’un trentenaire sourd et aveugle

Critique : He’s My Brother

"C'est difficile de comprendre les deux côtés et ce que chacun des deux désire", dit Jonna Hanberga, au volant de sa voiture, tandis qu'elle se lance dans un échange intense avec sa fille Christine. Jonna est la mère de Peter, un garçon né sourd et aveugle, désormais trentenaire, dont le handicap l'empêche de mener une vie normale, indépendante, et affecte grandement celle de ses proches. Ce combat pour la compréhension et les efforts énormes déployés par toute la famille pour constamment servir "d'yeux et d'oreilles" à Peter sont au centre du nouveau documentaire de Cille Hannibal, He's My Brother, co-réalisé par la sœur de Peter, Christine. Le film, qui a reçu une mention spéciale dans la section Nordic:Dox Award à CPH:DOX, est actuellement en compétition internationale à Dok.fest Munich.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

He's My Brother est une expérience cinématographique très émouvante, du début à la fin. On apprend que le handicap de Peter est extrêmement rare (on lui a aussi récemment diagnostiqué une forme d'autisme) : seuls trois autres cas existent en Scandinavie. Il a besoin d'être guidé en permanence et ses seuls sens fonctionnels sont l'odorat, le goût et le toucher. Le communication tactile devient de fait essentielle pour mener tout type d'activité, mais un fardeau supplémentaire vient s'ajouter à tout cela : l'établissement spécialisé qui pouvait aider la famille à prendre soin de Peter a fermé cinq ans plus tôt pour "restructuration", laissant le sort du jeune homme entièrement entre les mains de sa famille.

La force du film jaillit puissamment, car dans de nombreuses scènes, on perçoit bien à quel point la situation est problématique pour tout le monde. D'un côté, on voit un homme qui ne peut communiquer, qui développe des comportements agressifs comme mécanisme de défense et qui a l'impression de vivre en cage, une expérience que le spectateur peut à peine concevoir, même si le film parvient à montrer une fraction de la tragédie que cela peut être. De l'autre côté, les membres de sa famille tentent de lui donner tout l'amour et l'attention dont ils sont capables, mais eux non plus ne peuvent pas vivre librement.

Jonna et Jørgen (le père de Peter et Christine), alors qu'ils sont pris jusqu'au cou dans un présent difficile, sont toutefois bien plus inquiets pour l'avenir, et se demandent qui s'occupera de Peter plus tard, quand ils ne seront plus de ce monde. Christine pourrait devenir sa gardienne, mais elle a conscience des difficultés qu'emporte ce choix et de l'impact qu'il aurait sur sa vie. Le dilemme principal du documentaire (qui s'articule autour de la question suivante : "Comment cette famille de quatre personnes peut-elle vivre dignement ?") est exploré à travers un travail de caméra intimiste et plusieurs extraits de cassettes vidéo personnelles de la famille Hanberg dans lesquels on voit Peter enfant, découvrant le monde et l'amour de ses proches en touchant, en étreignant et en s'endormant sur le ventre de sa mère. He's My Brother est le portrait méticuleux d'une famille dont la sérénité ne tient qu'à un fil depuis trop longtemps, où les éphémères moments de normalité et de bonheur sont aussi rares que précieux. Dans une des scènes les plus emblématiques du film, par exemple, on voit Christine et Peter rire, se taquiner et se chatouiller comme s'ils étaient encore des enfants, comme s'ils arrivaient à oublier un instant ce qu'ils traversent tous les deux. C'est une histoire touchante, brutalement sincère, pleine de souffrance, d'attente et d'amour.

He's My Brother a été coproduit par Final Cut for Real (Danemark) et Sant & Usant (Norvège). Les ventes internationales du film ont été confiées à Cinephil (Tel Aviv).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Alexandre Rousset)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy