email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ZAGREBDOX 2021

Critique : Love Around the World

par 

- Ce titre réalisé par Anđela et Davor Rostuhar, lauréat du Prix ZagrebDox du public, est moins un vrai film qu’un plan Saint-Valentin très couleur locale

Critique : Love Around the World

On voit bien l'attrait que pourrait avoir Love Around the World [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un documentaire à l'eau de rose réalisé par Anđela et Davor Rostuhar qui a fait sa première mondiale en compétition régionale à ZagrebDox... du moins en théorie. Le film combinant des scènes où différents couples parlent de leur relation, le tout mis ensemble façon patchwork, il évoque les interviews de vieux amants qu'il y avait dans Quand Harry rencontre Sally…, où ces gens racontaient à la caméra leur première rencontre. Sauf que rien d’autre ne se passe entre ces scènes – ici, pas l'ombre d'une table basse faite avec une roue de charrette ou d’un sandwich au pastrami –, ce qui signifie aussi que tout cela devient très fatigant, très vite.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les réalisateurs partagent aussi leur histoire à eux, donc au moins l'opération est équitable, mais leur témoignage ne fait que prouver une fois de plus avec quelle facilité on tombe dans les clichés dès qu'il est question d'histoires de cœur : il a "su" dès qu'il l'a vue, et elle s'est mise à fredonner une marche nuptiale. Petite avance rapide vers une lune de miel d’un an, et les voilà maintenant en liberté de par le monde, à apprendre ce qu’est l’amour aux quatre coins de la planète. Tout cela est fait de bonne foi, évidemment, mais les spectateurs plus terre-à-terre se sentiront pris en otage et, étonnamment, pas par Richard Curtis. Tout cela n'est qu'un petit film-souvenir sur le parcours d’un couple, ce qui va forcément mettre la patience des autres un peu à l’épreuve, tout comme les interminables séances de visionnage de photos de vacances qu'on impose aux amis au retour d'un séjour.

Que les réalisateurs nous livrent un film sentimental, on pouvait s'y attendre, mais en l'absence de quelque chose qui ressemblerait à un point de vue ou, pour dire les choses franchement, en l'absence d'un vrai propos, cet assemblage de monologues dans différentes langues aurait mieux fonctionné en dehors d'un cinéma, comme un projet conçu pour les réseaux sociaux, peut-être – et apparemment, il y a déjà un e-book pour aller avec. Il y a aussi quelque chose d'un peu étrange, et agaçant, dans le fait de regarder tous ces couples, très souvent exoticisés par les costumes traditionnels qu'ils portent, sourire en se rappelant le bon vieux temps où ils se sont mariés, par exemple à l'âge de 15 et 5 ans.

Les Rostuhar sont ici de simples auditeurs, qui ne formulent aucun jugement, ce qui a probablement créé une atmosphère plaisante tout le temps du tournage, mais cela signifie aussi qu’ils ne vont jamais très en profondeur. Ils ont la chance que quelques unes des personnes interrogées soient intéressantes et amusantes à écouter. "Il portait les vêtements les plus crasseux que j’aie jamais vus sur une personne blanche en Afrique", dit une intervenante en se remémorant leur jolie rencontre pas si jolie que ça. Quelqu’un d'autre reconnaît avoir "acheté" sa femme avec son argent à elle. Un autre participant encore retrace son opération de séduction express en trois jours, avant que le fiancé initialement prévu pour la dame ne fasse irruption. On n'est pas toujours dans la bonne humeur, cependant : certains partenaires gardent pendant toute l’interview un silence presque têtu, et la douleur arrive aussi à se frayer un chemin dans ces récits. Mais comme les auteurs insistent sur l'idée d’explorer différentes cultures et leurs traditions respectives, passé un moment, il devient apparent que le film ne parle pas tant d’amour que d’engagement, ce qui est parfois émotionnel, mais pas toujours – quand les autres décident de votre foi, par exemple. Mais bon, sans ça, le titre n'aurait pas cette résonance prometteuse.

Love Around the World est une coproduction entre l'Allemagne et la Croatie qui a réuni les efforts de Klub za ekspedicionizam i kulturu (KEK), Drugi Plan et Autentic.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy