email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2021 Compétition

À Venise, un “green pass” suffit pour le cinéma du monde entier

par 

- Une édition pimpante dans de bonnes conditions de sécurité sanitaires présentera les nouveaux Pedro Almodovar, Paolo Sorrentino, Stéphane Brizé, les frères D'Innocenzo, Pablo Larrain et Michel Franco

À Venise, un “green pass” suffit pour le cinéma du monde entier
E’ stata la mano di Dio de Paolo Sorrentino

"La pandémie a servi à stimuler la créativité de tous", a dit le directeur de la Mostra de Venise, Alberto Barbera, lors de la présentation de la 78e édition du festival, surpris "par la qualité moyenne, plus élevée que d’habitude" des films et optimiste sur l’état de santé du cinéma malgré la crise affectant le secteur. Il a ensuite passé en revue les titres d’une édition pimpante et caractérisée par le "green pass". Cette année, comme de coutume, l'événement présentera des titres du monde entier, sauf la Chine, représentée par deux courts-métrages seulement. L'Italie aura une présence plus consistante que d’habitude, avec cinq films en compétition et trois hors-compétition. Retour en force du cinéma américain avec les majors Warner, Universal et Disney et les stars qui ont manqué l’année dernière.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La Mostra a déjà annoncé il y a quelques jours la sélection de Madres paralelas [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
fiche film
]
de Pedro Almodovar, et Barbera confirme le retour de Stéphane Brizé avec Un autre monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
, troisième chapitre d’une trilogie sur le monde du travail, mais avec un renversement du point de vue (qui est cette fois celui du chef d’entreprise), et un Vincent Lindon qui se confirme comme un acteur extraordinaire, après ses succès à Cannes. Un autre retour a déjà été annoncé : celui de Jane Campion avec The Power of the Dog, où Benedict Cumberbatch propose une interprétation inhabituelle et complexe. Après The Bad Batch, Ana Lily Amirpour est de retour avec Mona Lisa and the Blood Moon, qui dresse le portrait d’une jeune fille avec des pouvoirs étranges. Le premier film italien en compétition est celui des frères Damiano & Fabio D'Innocenzo, America Latina [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, après le film choral Sages comme une image [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fabio et Damiano D'Innocenzo
fiche film
]
. Une nouvelle arrivante en compétition : la Française d'origine libanaise Audrey Diwan avec L'Événement, tiré d’un roman d’Annie Ernaux et situé dans la France des années 1960, quand l'avortement était encore interdit. C'est en revanche une troisième fois à Venise pour les Argentins Gastón Duprat & Mariano Cohn avec Competencia oficial, qui réunit un scintillant trio : Penélope Cruz, Antonio Banderas et Oscar Martínez. Le deuxième italien de la compétition est Michelangelo Frammartino avec le rigoureux Il buco [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michelangelo Frammartino
fiche film
]
, 11 ans après Le quattro volte [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michelangelo Frammartino
interview : Savina Neirotti
fiche film
]
, qui l'avait révélé. Après Nouvel Ordre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Michel Franco retrouve son acteur fétiche Tim Roth dans Sundown. Xavier Giannoli propose quant à lui Illusions perdues [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
, adapté du roman de Balzac, avec une équipe d’acteurs de premier plan, notamment Gérard Depardieu, Jeanne Balibar et Cécile de France. Maggie Gillehaal se lance dans la mise en scène avec The Lost Daughter, adapté de L'enfant perdue d'Elena Ferrante, avec une Olivia Colman obsédée par le passé. Un autre retour suscite beaucoup d'impatience, celui de Pablo Larrain avec Spencer, où Kristen Stewart incarne la princesse Diana au moment de son divorce. Les festivaliers ne seront pas déçus, selon Barbera, après une très longue attente représentant six ans de travail, par le très ambitieux, personnel et original Freaks Out [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gabriele Mainetti
fiche film
]
de Gabriele Mainetti, que la critique attend au détour.

Le quatrième film italien en lice pour le Lion est Qui rido io de Mario Martone, un abonné de la Mostra, sur le père des comiques napolitains, Eduardo Scarpetta, dans le rôle duquel Toni Servillo livre une interprétation exceptionnelle. C'est du cinéma de genre que vient le Philippin Erik Matti, qui présente On the Job 2: The Missing 8. De Pologne, le public va découvrir le film politique Leave No Traces de Jan P. Matuszynski. Une ambiance de régime stalinien baigne également le film russe Captain Volkonogov Escaped de Natasha Merkulova & Aleksey Chupov. Paul Schrader également fera son grand retour à Venise avec The Card Counter, sur Guantanamo. Le dernier titre italien de la sélection est E’ stata la mano di Dio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paolo Sorrentino
fiche film
]
de Paolo Sorrentino, un film Netflix, également avec Toni Servillo. La liste est complétée par Reflection de l'Ukrainien Valentyn Vasyanovych (l'auteur d'Atlantis [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Valentyn Vasyanovych
fiche film
]
, primé à Venise en 2019) et La Caja de Lorenzo Vigas, Lion d'or il y a quelques années avec Les Amants de Caracas.

Hors-compétition, on trouve Dune de Denis Villeneuve, un des titres les plus impatiemment attendus de la saison. Barbera promet “un super spectacle entièrement à découvrir, avec des effets spéciaux jamais vus”. Une autre première que beaucoup ont hâte d'apprécier : celle de The Last Duel de Ridley Scott, tiré d’une histoire vraie, et qui se situe au Moyen-Âge, avec pour héroïne une femme qui a subi des violences et se confronte avec les institutions du temps – "un film qui résonne, dans le contexte du débat contemporain #metoo”.

Trois films italiens figurent au programme hors-compétition : Il bambino nascosto de Roberto Andò, qui clôturera la Mostra, sur le rapport particulier entre un maître de musique et un adolescent en fuite ; Ariaferma, le troisième long-métrage de Leonardo di Costanzo, tourné dans une vraie prison sarde, un film qui réfléchit sur l'intérêt des peines de détention ; La scuola cattolica de Stefano Mordini, tiré du roman d'Edoardo Albinati, qui tourne autour d’un des faits divers les plus atroces de l'Histoire italienne (le massacre du Circé).

Parmi les autres titres européens, on trouve également Les choses humaines, une adaptation par Yvan Attal du roman du même nom, qui déconstruit un acte de violence sexuelle et ses développements judiciaires, avec son fils Ben Attal dans le rôle du violeur, et Last Night in Soho d'Edgar Wright, qui se présente comme une comédie musicale et propose, selon Barbera, une "relecture inattendue du côté obscur du Swinging London qui débouche sur un final horrifique".

Il faut citer, enfin, la mini-série Scenes From a Marriage, où l’Israélien Hagai Levi (In Treatment) réinscrit le chef-d'oeuvre d'Ingmar Bergman dans un travail qui, selon Barbera, "ne fera pas regretter l’original, avec des dialogues à la hauteur par leur brio et leur profondeur", dits par les comédiens Jessica Chastain et Oscar Isaac, et Django & Django de Luca Rea, où Quentin Tarantino parle de son amour pour Sergio Corbucci et le western spaghetti.

La section Biennale College Cinema a également annoncé sa sélection.

Les films:

Compétition

Madres paralelas [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
fiche film
]
 - Pedro Almodóvar (Espagne) (film d'ouverture)
Mona Lisa and the Blood Moon - Ana Lily Amirpour (Etats-Unis)
Un autre monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stéphane Brizé
fiche film
]
 - Stéphane Brizé (France)
The Power of the Dog - Jane Campion (Nouvelle-Zélande/Australie)
America Latina [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Damiano & Fabio D'Innocenzo (Italie/France)
L'événement [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 - Audrey Diwan (France)
Competencia oficial [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 - Gastón Duprat & Mariano Cohn (Espagne/Argentine)
Il buco [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michelangelo Frammartino
fiche film
]
- Michelangelo Frammartino (Italie/France/Allemagne)
Sundown [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Michel Franco (Mexique/France/Suède)
Illusions perdues [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Giannoli
fiche film
]
- Xavier Giannoli (France)
The Lost Daughter - Maggie Gyllenhaal (Etats-Unis/Royaume-Uni/Grèce/Israël)
Spencer [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Pablo Larraín (Royaume-Uni/Allemagne)
Freaks Out [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gabriele Mainetti
fiche film
]
- Gabriele Mainetti (Italie/Belgique)
The King of Laughter [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mario Martone
fiche film
]
- Mario Martone (Italie/Espagne)
On the Job: The Missing 8 - Erik Matti (Philippines)
Leave No Traces [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jan P. Matuszyński
fiche film
]
- Jan P. Matuszynski (Pologne/France/République Tchèque)
Captain Volkonogov Escaped [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Natasha Merkulova & Aleksey Chupov (Russie/Estonie/France)
The Card Counter [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Paul Schrader (Etats-Unis/Royaume-Uni/Chine)
E stato la mano di Dio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paolo Sorrentino
fiche film
]
 - Paolo Sorrentino (Italie)
Reflection [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Valentyn Vasyanovych
fiche film
]
- Valentyn Vasyanovych (Ukraine)
La caja - Lorenzo Vigas (Mexique/Etats-Unis)

Hors compétition - Fiction

Il bambino nascosto [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Roberto Andò
fiche film
]
- Roberto Andò (Italie/France)
Les Choses Humaines [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Yvan Attal
fiche film
]
- Yvan Attal (France)
Ariaferma [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Leonardo Di Costanzo
fiche film
]
- Leonardo Di Costanzo (Italie/Suisse)
Halloween Kills - David Gordon Green (Etats-Unis)
La scuola cattolica [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stefano Mordini
fiche film
]
- Stefano Mordini (Italie)
Old Henry - Potsy Ponciroli (Etats-Unis)
The Last Duel [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Ridley Scott (Etats-Unis/Royaume-Uni)
Dune [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Denis Villeneuve (Etats-Unis/Hongrie/Jordanie/Émirats arabes unis/Norvège/Canada)
Last Night in Soho [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Edgar Wright (Royaume-Uni)

Hors compétition - Série

Scenes from a Marriage - Hagai Levi (Etats-Unis)

Hors compétition - Non-Fiction

Life of Crime 1984-2020 - Jon Alpert (Etats-Unis)
Tranchées [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Loup Bureau (France)
Viaggio nel crepuscolo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Augusto Contento (France/Italie)
Republic of Silence [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Diana El Jeroudi (Allemagne/France/Syrie/Qatar)
Hallelujah: Leonard Cohen, a Journey, a Song - Daniel Geller, Dayna Goldfine (Etats-Unis)
Deandré#Deandré Storia di un impiegato [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Roberta Lena (Italie)
Becoming Led Zeppelin [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Bernard MacMahon (Regno Unito/Etats-Unis)
Django & Django [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Luca Rea
fiche film
]
- Luca Rea (Italie)
Ennio [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Giuseppe Tornatore (Italie/Belgio/Cina/Giappone)
Ezio Bosso: Le cose che restano [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Giorgio Verdelli (Italie)

Hors compétition - Courts-métrages

Plastic Semiotic - Radu Jude (Roumanie)
The Night - Tsai Ming-Liang (Taiwan)
Sad Film - Vasili (Myanmar/Pays-Bas)

Séances spéciales

Ricostruire insieme - Biennale Architettura 2021 - Graziano Coversano (Italie) (moyen-métrage)
Inferno rosso. Joe D'Amato sulla via dell'eccesso - Manlio Gomarasca, Massimiliano Zanin (Italie)
GES-2 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Nastia Korkia (Italie)
Pietro il grande - Antonello Sarno (Italie) (court-métrage)
Le 7 giornate di Bergamo - Simona Ventura (Italie)
La Biennale di Venezia: Il cinema al tempo del COVID - Andrea Segre (Italia) (moyen-métrage)

Biennale College Cinema

Longs-métrages

Al oriente - José María Avilés (Equateur/Argentine)
La Tana [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Beatrice Baldacci (Italie)
Nuestros días más felices - Sol Berruezo Pichon-Rivière (Argentine)
La santa piccola [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Silvia Brunelli (Italie)
The Cathedral - Ricky D’Ambrose (Etats-Unis)
Mon père, le diable - Ellie Foumbi (Etats-Unis)

VR

Lavrynthos - Fabito Rychter, Amir Admoni (Brésil/Pérou) (court-métrage)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy