email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2021 Piazza Grande

Critique : Rose

par 

- Le premier long-métrage de fiction d'Aurélie Saada est le portrait personnel et délicat d’une femme en rebellion contre les stéréotypes d’une société qui a décidé de l’écarter

Critique : Rose
Françoise Fabian dans Rose

La musicienne Aurélie Saada (du duo musical Brigitte), désormais également réalisatrice, a régalé le public du Festival de Locarno en présentant, dans le cadre évocateur de la Piazza Grande, son premier long-métrage, Rose [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, une comédie grand public qui ne tombe toutefois jamais dans le divertissement gratuit.

Rose est un film léger et plaisant à regarder, un "feel good movie" qui nous engage à croire que tout est possible, à n’importe quel âge. La réalisatrice parvient cependant à transformer cette légèreté en tendresse, et en une réflexion plus générale sur le sens de la vie quand on arrive à l'étape fatidique du troisième âge. Rose est à la fois une comédie grand public qui cherche à séduire un nombre important de spectateurs et le portrait poétique et extrêmement intime d’une femme qui décide de reprendre son destin en main.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Rose (interprétée par l'iconique Françoise Fabian) est une Parisienne de 78 ans qui a bâti sa vie en interprétant principalement deux rôles : celui d'épouse et celui de mère (puis de grand-mère). Entourée de sa descendance et de son mari, Rose est filmée, dans la scène d’ouverture du film, dans un moment de joie apparente, pendant une fête avec des parents et amis de la communauté juive tunisienne de la capitale. Peu après, son mari décède et Rose se retrouve seule, détrônée de sa place de matriarche d'une tribu qui semble désormais n’avoir plus besoin d’elle. Notre héroïne se retrouve confrontée à une désorientation émotionnelle qui va avoir des conséquences inattendues et cathartiques. Quelle est sa place au sein d’une famille qui a perdu son unité ? Comment faire pour imposer sa présence dans une société qui ne valorise et promeut que la jeunesse et la performance (dans tous les domaines) ?

Avec Rose, Aurélie Saada semble vouloir nous dire que l’âge est relatif, que c’est une construction sociale qui a pour objectif de rendre l’humain docile et accomodant. Rose nous montre qu’il n’est jamais trop tard pour commencer la bataille contre le conformisme et que le droit d’exister en laissant parler ses désirs ne disparaît pas avec le passage du temps. La réalisatrice dit elle-même qu'elle a voulu réfléchir aux challenges auxquels les "femmes" sont confrontées quand elles vieillissent, dans une société qui les voudraient toujours fraîches, aguicheuses et séduisantes : "Rose est l’histoire d’une révolution intime, de quelqu’un qui se rend compte, à la veille de ses 80 ans, qu’elle n’est pas seulement une grand-mère et une veuve, mais aussi une femme qui a le droit d’imposer ses désirs". L’objectif est indéniablement intéressant. Hélas, en voulant éliminer les stéréotypes, Saada en crée d’autres : la construction sociale du sexe féminin centré sur un corps qui doit obligatoirement passer par la séduction pour trouver son équilibre, une conception de l’idée de "femme" qui se passe de toutes façons toujours sur les rôles classiques d’épouse et de mère (même s'ils sont ici réinterprétés dans un sens plus libre et indépendant) pour exister. Malgré cela, la présence magnétique de Françoise Fabian (interprète du Voleur de Louis Malle et de Ma nuit chez Maud) confère à son personnage une aura universelle, puissante, qui dépasse les considérations de genre et de génération. Rose est une comédie pétiillante et poétique portée par une grande actrice qui nous montre que la classe et le talent n’ont pas d'âge.

Rose a été produit par Silex Films (France) et Germaine Films (France) en coproduction avec France 3 Cinéma, Les Productions du Couscous et Apollo Films. Les ventes internationales du film sont gérées par Kinology.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy