email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2021 Orizzonti

Critique : Miracle

par 

- VENISE 2021 : Bogdan George Apetri propose un spécimen rare de thriller roumain, un film captivant qui raconte une histoire imprévisible et violente tout en formulant un commentaire sur la société

Critique : Miracle
Ioana Bugarin dans Miracle

Une chose qu'on peut dire sur le cinéma roumain, c’est qu’il n’est pas devenu célèbre grâce à ses thrillers. Cependant, de loin en loin, un thriller roumain parvient à prendre le monde par surprise. C'est le tour du troisième long-métrage de Bogdan George Apetri, Miracle [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Bogdan George Apetri
fiche film
]
, présentement au programme de la section Orizzonti de la Mostra de Venise. En réunissant une bonne soeur et un détective expérimenté, Apetri parvient à captiver l’audience avec une histoire imprévisible et violente, tout en formulant un commentaire sur la société roumaine.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Tout commence avec une bonne sœur qui pleure : Cristina (Ioana Bugarin). Après une conversation mystérieuse avec une autre soeur, elle quitte le couvent et prend un taxi vers la ville la plus proche. Une longue conversation entre elle, le chauffeur de taxi (Valeriu Andriuţă) et un autre passager (Valentin Popescu, de retour à Venise presque trois décennies après Hotel de Lux de Dan Piţa, qui avait décroché un Lion d'argent en compétition) nous permet d'apprendre que Cristina est atteinte d’une maladie mystérieuse et qu'elle a besoin de se rendre à l’hôpital de la ville. Quand on la voit entrer dans le cabinet d'un gynécologue, on comprend quelle est sa crise. Mais l’histoire prend très vite une autre direction, et la deuxième partie du film va se concentrer sur l’enquête du détective (Emanuel Pârvu).

Pour ceux qui craignent que Miracle s'essouffle, comme d'autres films roumains, vous pouvez être tranquille : Apetri parvient à créer un sentiment d’urgence, de tension continue, qui ne fait qu’augmenter au fil du film avant d'aboutir à un dénouement en fanfare. La manière dont le réalisateur rend le public conscient du passage du temps et du compte à rebours est impressionnante. Et tandis qu'on suit l'itinéraire de Cristina du couvent à la ville, puis celui du détective en sens inverse, Miracle s'avère un travail remarquablement bien équilibré.

Au-delà du scénario d'Apetri, une autre grande force du film se trouve dans le travail des acteurs. Bugarin est résolument une des jeunes actrices les plus prometteuses de Roumanie, après son rôle principal dans Mia Misses Her Revenge [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Bogdan Theodor Olteanu
fiche film
]
de Bogdan Teodor Olteanu et son rôle clef dans Otto the Barbarian [+lire aussi :
critique
interview : Ruxandra Ghiţescu
fiche film
]
de Ruxandra Ghiţescu. En la regardant, on sent la crise profonde dans laquelle a glissé la vie de Cristina, le contraste immense entre son voeu de devenir bonne sœur et sa grossesse non désirée. Mais on est encore plus impressionné par Pârvu (qui est également réalisateur : son deuxième long-métrage, Mikado [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Emanuel Pârvu
fiche film
]
, sera présenté au Festival de San Sebastian plus tard ce mois-ci).

Aidé par des répliques parmi les meilleures du cinéma roumain de cette année, Pârvu livre une interprétation impressionnante qui pourrait tout à fait lui valoir un Gopo du meilleur acteur en 2022 ou 2023, selon que Miracle sortira dans les salles nationales cette année ou la prochaine. L’obsession de son personnage pour l'enquête, qu'il veut absolument résoudre, fait qu'il prend des libertés avec les procédures policières habituelles, ce qui pourrait inviter le public à se demander s'il y a une motivation cachée derrière ses actes. Cependant, ses interactions avec les autres personnages (les bonnes sœurs, les médecins, plusieurs collègues et l’homme dont on croit qu’il est le coupable) se transforment en une sorte de commentaire social, créant un conflit entre la vision très directe de la réalité qu’a le détective et le mélange inefficace de fatalisme, de foi et de superstition qui semble s’être infiltré partout dans la province roumaine.

Miracle a été produit par The East Company Productions (Roumanie), en coproduction avec Cineart TV Prague (République tchèque) et Tasse Film (Lettonie). Les ventes internationales du film sont gérées par Memento International.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy