email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France / Belgique / Italie / Pologne

Giacomo Abbruzzese tourne Disco Boy

par 

- Franz Rogowski, Morr N’Diaye et Laetitia Ky en tête d’affiche. Une production pilotée par Films Grand Huit avec la Belgique, l’Italie et la Pologne, et vendue par Charades

Giacomo Abbruzzese tourne Disco Boy
(de gauche à droite): L'actrice Laetitia Ky et les acteurs Franz Rogowski et Morr N’Diaye

Lundi 13 septembre a démarré le tournage de Disco Boy, le premier long métrage de fiction de l’Italien Giacomo Abbruzzese (diplôme de l’école française du Fresnoy, très remarqué avec ses courts, notamment Stella Marris, et passé par la résidence de la Cinéfondation du Festival de Cannes) qui avait remporté le Prix Arte du développement au Village des Coproductions des Arcs Film Festival.

Au casting figurent en tête d’affiche l’Allemand Franz Rogowski (apprécié entre autres dans Transit [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Christian Petzold
interview : Franz Rogowski
fiche film
]
et Ondine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Christian Petzold
fiche film
]
, et cette année dans Great Freedom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sebastian Meise
fiche film
]
et Freaks Out [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gabriele Mainetti
fiche film
]
), le Gambien Morr N’Diaye (découvert dans le documentaire Tumaranké) et l’influenceuse activiste féministe et mannequin ivoirienne Laetitia Ky (La Nuit des rois [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Philippe Lacôte
fiche film
]
). Se distinguent également le Croate Leon Lucev (vu à Cannes dans Murina [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Antoneta Alamat Kusijanović
fiche film
]
), l’Italien Matteo Olivetti, le Polonais Robert Wieckiewcz ou encore le Belge Mutamba Kalonji.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Écrit par le réalisateur, le scénario suit deux destins que tout oppose. Après un douloureux périple à travers l’Europe, Alex, le Biélorusse, intègre la Légion étrangère en France et s’accroche à un espoir confus d’une identité européenne. Jomo, le Nigérian, lutte pour la survie et la pérennité de son peuple sur le Delta du Niger et est prêt à mourir pour défendre ses idées. Ces deux jeunesses que l’on sacrifie et que l’on fracasse l’une contre l’autre vont, contre toute attente, se rencontrer et leurs destins vont se confondre pour se poursuivre par-delà les frontières, les corps, la vie et la mort…

Produit par Lionel Massol et Pauline Seigland pour la société bretonne Films Grand Huit (qui compte notamment à son actif le César 2019 du meilleur court métrage Les petites mains), Disco Boy est coproduit en France par Division (Arno Moria) et par Stromboli Films (Juliette Sol), en Belgique par Panache Productions (André Logie), en Italie par Dugong Films (Giulia Achili et Marco Alessi) et en Pologne par Donten & Lacroix (Maria Blicharska). Préacheté par Canal+ et Ciné+, le long métrage bénéficie également du soutien du CNC (via une avance sur recettes et une aide à la création visuelle ou sonore), du fonds de soutien aux coproductions franco-italiennes (associant le CNC et le MiBAC), de Eurimages, des régions Ile-de-France et Ile de la Réunion, du Breizh Film Fund, des Sofica Cinemage, Cineaxe et Arte Cofinova, du fonds Wallonie Bruxelles et de Movie Tax Invest, du Polish Film Institute et de la région Podkarpackie.

Les 33 jours de tournage se dérouleront jusqu’au 9 octobre en Ile-de-France, puis du 12 au 15 octobre en Pologne (dans les basses Carpates) et enfin du 20 au 29 octobre sur l’Ile de la Réunion, avec la Française Hélène Louvart (qui a travaillé dans les films présentés cette année Murina et The Lost Daughter [+lire aussi :
critique
fiche film
]
) à la direction de la photographie. A noter également les participations du chorégraphe nigérian Qudus Onikeku et du compositeur français Vitalic (mondialement connu dans la musique électronique).

Disco Boy sera distribué en France par KMBO et vendu à l’international par Charades.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy