email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CINEMED 2021 Cinemed Meetings

It's a Sad and Beautiful World vainqueur aux Cinemed Meetings

par 

- Le projet de premier long de fiction de Cyril Aris gagne la Bourse principale d'aide au développement du Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier

It's a Sad and Beautiful World vainqueur aux Cinemed Meetings
(premier rang, g-d) Le cinéaste Mohammad Shaikhow, sa productrice Camille Laemlé et son co-scénariste Ephrem Koering, la productrice Alona Refua et la réalisatrice Inbar Horesh, (deuxième rang, g-d) le jury Gabrielle Dumon, Michel Merkt, Catherine Bizern et Georges Goldenstern

Au terme de deux jours de pitchs, le jury de la 31e édition de la Bourse d'aide au développement décernée dans le cadre des Cinemed Meetings du 43e Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier a attribué le prix principal à It's a Sad and Beautiful World du Libanais Cyril Aris. Remarqué avec ses courts (notamment La visite du Président) et le documentaire The Swing (en compétition à Karlovy Vary en 2018) , le cinéaste qui est également monteur (entre autres récemment de Costa Brava, Lebanon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) a écrit un scénario de premier long de fiction centré sur l'histoire d'amour improbable entre Nino, un idéaliste chaleureux, et Soraya, une cynique meurtrie, qui est mise à l’épreuve par l'histoire tumultueuse du Liban des 40 dernières années, et dans laquelle un événement cosmique bouleverse le cours de l’Histoire. La production est pilotée par Georges Schoucair pour Abbout Productions, avec comme coproducteurs la société française Cinenovo et les Allemands de Reynard Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Attribuée par un jury composé de Georges Goldenstern (directeur de la Cinéfondation du Festival de Cannes), de la productrice Gabrielle Dumon (Le Bureau), de Catherine Bizern (Céci Moulin d’Andé) et du consultant suisse Michel Merkt, cette bourse d'aide au développement de 8000 euros est dotée par le CNC. S'y ajoutent 2500 euros en prestations de post-production son offerts par TitraFilms.

La seconde bourse, 4000 euros dotés par la région Occitanie (plus 5000 euros de prestations de post-production chez French Kiss Studio et Saraband) est allée à un autre projet de premier long : Terre promise de l’Israélienne Inbar Horesh. La réalisatrice a concocté une intrigue autour de ce qui était censé être un voyage de patrimoine en Israël permettant aux Juifs de la Diaspora de se connecter à leurs racines et qui se transforme en voyage de maturation sexuelle et de recherche d'identité, au-delà des frontières du nationalisme et de la foi. La production est assurée par Alona Refua pour Green Productions.

Enfin, une résidence d’écriture offerte par le Moulin d’Andé a distingué Le rêve m’a trahi, le projet de premier long du Syrien Mohammad Shaikhow. Piloté par Camille Laemlé pour la société parisienne Les Films d’Ici, le film aura pour protagoniste Mesto, un jeune Kurde. Promis à un avenir de footballeur talentueux, il devient le symbole du peuple kurde opprimé et de son combat politique, en marquant un but chez l’opposant lors d’un dernier match, dans une Syrie nationaliste et tyrannique.

De son côté, le jury de la 7e édition du dispositif "Du court au long" (ouvert aux cinéastes en vitrine à Montpellier dans la compétition des courts métrages et qui souhaitent proposer un projet de long métrage) a octroyé une résidence d'écriture offerte par Méditalents à Heparin Killer du Turc Serhat Karaaslan. L’intrigue ? Nuray, 40 ans, divorcée, vit dans une banlieue d'Istanbul avec son fils unique Emre, 12 ans. Infirmière en hôpital, elle rêve d’une nouvelle jeunesse grâce à la chirurgie esthétique. Mais les opérations s’accélèrent et les dettes s’accumulent. Un mafieux lui propose une grosse somme d’argent si elle empoisonne un patient paralysé en augmentant les doses d’héparine de son traitement. Nuray accepte et la situation dégénère. Jusqu’où et jusqu’à quand ? A noter une mention spéciale Meditalents pour le projet Aisha Can’t Fly Away Anymore de l’Égyptien Morad Mostafa (produit par Sawsan Yusuf).

Enfin, une résidence au Moulin d’Andé a été remporté par le projet Spring Cleaning de la Macédonienne du Nord Marija Apcevska (produit par Robert Naskov) pour un récit centré sur Suzana, une femme qui a perdu la capacité de se sentir triste et qui revient dans sa petite ville natale car sa mère s’est suicidée. Mais il semblerait que la maman soit elle aussi revenue de l'au-delà pour lui donner quelques leçons…

La liste des gagnants :

Bourse d'aide au développement

Bourse principale
It's a Sad and Beautiful World – Cyril Aris (Liban/France/Allemagne)

Seconde bourse
Terre promise – Inbar Horesh (Israël)

Résidence au Centre des écritures cinématographiques du Moulin d’Andé
Le rêve m’a trahi - Mohammad Shaikhow (France)

Dispositif "Du court au long"

Résidence d’écriture Méditalents
Heparin Killer - Serhat Karaaslan (Turquie)

Mention spéciale
Aisha Can’t Fly Away Anymore - Morad Mostafa (Égypte)

Résidence au Centre des écritures cinématographiques du Moulin d’Andé
Spring Cleaning - Marija Apcevska (Macédoine du Nord)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy