email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Belgique

Vers un accord avec l'Espagne

par 

- Rencontre à Valladolid des producteurs et des institutions des deux pays en vue d'un partenariat sur les coproductions. Malgré des divergences , une forte volonté de s'associer est née

Vers un accord avec l'Espagne

Dans le cadre de la 48e Semaine Internationale du Cinéma de Valladolid avec cette année la Belgique en invité d'honneur, une rencontre hispano-belge de producteurs a permis aux professionnels de présenter des projets concrets, mais aussi aux institutions des deux pays de jeter les bases d'un futur accord de coproduction.

Cette rencontre a tout d'abord donné aux représentants des trois territoires présents (Flandre, Bruxelles-Wallonie et Espagne) l'opportunité d'exposer leurs différentes formes de financement. Etaient présents Frédéric Wauters (CGRI), Thierry Vandersanden (Communauté française de Belgique), Philippe Reynaert (Wallimage), Paul Vandevelde (Communauté flamande), Christian Deschutter (VAF), Pilar Torre (ICAA) et Pancho Casal (FAPAE), sous les auspices de Fernando Lara, directeur du Festival de Valladolid. Par ailleurs, une vingtaine de producteurs belges et espagnols avaient été sélectionnés afin de présenter leurs projets et d'évaluer les possibilités de travail en commun. Côté belge, on retrouvait ainsi
Cobra Films, Need Production, Entre Chien et Loup, Saga Film, Man's Film productions, Walking the Dog, YC Aligator Film, SOIL, Fobic Films et Wajnbrosse Productions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

A l'issue de ces deux journées de travail , les institutionnels belges et espagnols envisagent un futur accord de coproduction, même si les centres d'intérêt des deux pays sont très divergents. En effet, la Belgique est réputée pour son cinéma d'auteur, alors que l'Espagne vise des résultats commerciaux afin de bénéficier à plein de son système d'aides automatiques. D'autre part, si la Belgique reconnaît comme valide la signature d'un traité par ses Communautés, l'Etat Espagnol n'autorise pas la signature d'un traité avec des régions. Un accord pourrait seulement se faire au niveau des instituts de cinéma. A partir des textes de base proposés par l'ICAA espagnole, et plus particulièrement le mémorandum des relations cinématographiques, les autorités des deux Communautés belges vont donc consulter leurs associations professionnelles et étudier l'éventualité d'un accord avec l'ICAA. De la même manière, l'ICAA effectuera les consultations nécessaires. Les participants espèrent ainsi arriver à une signature, par exemple l'année prochaine à Valladolid.

Autre question abordée: la nationalité des films. Participant très fréquemment à des coproductions à titre minoritaire, la Belgique reconnaît un film comme belge dès lors qu'une partie engagée dans la production est belge. Avec sa cinématographie nationale plus forte, l'Espagne a des exigences plus difficiles à remplir pour obtenir la nationalité espagnole d'un film et donc recevoir l'aide automatique calculée d'après la recette brute des entrées en salles. Une coproduction minoritaire sans l'un des grands distributeurs espagnols serait une pure folie, comme l'a expliqué Pancho Casal, le vice-président de l'association des producteurs espagnols. Ceci renforce évidemment la difficulté de la réciprocité d'une coproduction. Le tax-shelter belge apparaît comme un élément séduisant aux yeux des coproducteurs espagnols est, mais s'il est voté depuis plusieurs mois, il n'est toujours pas d'application. Un accord plus réaliste entre les deux pays serait un accord 90 pour cent-10 pour cent. Mais aujourd'hui, la coproduction belge est encore à 20 pour cent tant que la Belgique n'aura pas ratifié l'accord de Strasbourg qui entérine les 10 pour cent.
Un autre projet d'avenir largement évoqué lors de cette rencontre est le développement des régions. Dans le cadre d'une future coordination européenne des fonds régionaux qui devrait voir le jour en février 2004, Philippe Reynaert, directeur de Wallimage a invité les fonds régionaux espagnols à une coopération plus étroite.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy