email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LES ARCS 2021

Critique : La Vraie famille

par 

- Fabien Gorgeart signe un mélodrame remarquable, vivant, touchant, délicat et d’une très grande justesse sur les sentiments filiaux et la vision complexe de ce qu’est le bonheur d’un enfant

Critique : La Vraie famille

"Il va falloir l’aider à comprendre qu’à partir de maintenant, il aura une vraie place." Pour un garçon de six ans, la clarté du référent parental et l’affection d’un foyer sont aussi essentielles que le simple désir de s’amuser, voire de se chamailler avec sa fratrie. Mais pour Simon, l’émouvant petit bonhomme protagoniste de l’emballant La Vraie famille de Fabien Gorgeart, projeté au 13e Les Arcs Film Festival en amont de sa sortie française (le 16 février 2022 par Le Pacte) et qui a déjà raflé plusieurs distinctions (prix du jury et Valois de la meilleure actrice au Festival du Film Francophone d'Angoulême, Bayard de la meilleure interprétation à Namur) au cours de sa tournée d’avant-premières, l’équation émotionnelle s’avère beaucoup plus complexe que la normale. Car quand le passé ressurgit, il faut savoir liquider les fantômes et s’accorder sur une vérité commune afin d’ouvrir une voie saine pour l’avenir, et ce sont les adultes qui sont à la manœuvre. Mais leurs affects ne sont pas plus faciles à définir et à contrôler que ceux des enfants dont ils ont la responsabilité, tant l’amour et les bonnes intentions sont une matière débordante, très souvent difficile à canaliser.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C’est pourtant une existence très joyeuse que semble mener la petite famille d’Anna (Mélanie Thierry) et de Driss (Lyes Salem), au cœur d’un lotissement pavillonnaire où leurs trois jeunes fils, Adrien (Idriss Laurentin-Khelifi), Jules (Basile Violette) et donc Simon (Gabriel Pavie), le petit dernier, chouchouté et surprotégé par sa mère, s’ébattent comme des poissons dans l’eau. Mais dans un bureau de l'Aide Sociale à l'Enfance le voile se lève très vite sur ce paradis artificiel : "Eddy (Félix Moati) a écrit au juge pour lui signifier qu’il veut que son fils retourne vivre avec lui." En réalité, Simon (qui connaît parfaitement sa situation, dans les limites affectives, à son très jeune âge, de la compréhension des obligations légales et des procédures auxquelles doivent se plier les adultes) a été placé à l’âge de 18 mois chez Anna et Driss à la suite du décès de sa mère et de la dégringolade dépressive de son père qui a maintenant plus ou moins remonté la pente. On commence donc par un droit de sortie et d’hébergement élargi aux week-ends et aux vacances, mais pour Anna, le coup est très rude en dépit de sa conscience professionnelle et de sa volonté de respecter règlements et processus. Entre son amour fusionnel pour cet enfant attendrissant qui l’appelle "maman", ses doutes profonds sur ce qui serait le mieux pour le bien-être de Simon et les déséquilibres que cette annonce de séparation future suscite dans la famille, la jeune femme commence à louvoyer…

Explorant avec une grande finesse narrative la zone grise entre attachement et lien filial, Fabien Gorgeart (qui a signé le scénario) tisse un mélodrame humaniste remarquable de simplicité empathique et de délicatesse (avec la complicité talentueuse du directeur de la photographie Julien Hirsch), oscillant idéalement entre légèreté et gravité, effleurant progressivement le thriller et offrant à chaque personnage son juste espace dans la mosaïque énergique de la famille élargie. Tout le cast est parfait, avec évidemment une mention très spéciale à Mélanie Thierry qui passe littéralement tout le film au filtre de son exceptionnelle micro-expressivité se fissurant peu à peu dans le miroir poignant de l’amour total aux prises avec la pleine conscience "qu’il n’y a pas une seule façon de bien faire les choses".

Produit par Deuxième Ligne Films et Petit Film, La Vraie famille est vendu à l’international par Le Pacte.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy