email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SOLEURE 2022

Critique : Loving Highsmith

par 

- Ce documentaire d'Eva Vitija, basé non seulement sur les journaux intimes et les notes de Patricia Highsmith, mais aussi sur les témoignages de ses amis, amants et parents, émeut profondément

Critique : Loving Highsmith

Choisi comme film d’ouverture de la 57e édition des Giornate di Soletta, Loving Highsmith, d'Eva Vitija, retrace avec courage et une salutaire (et nécessaire) dose de provocation la vie complexe, torturée, mais toujours imprégnée d’amour (au sens le plus universel et profond du terme) d’une écrivaine, Patricia Highsmith, qui est devenue avec le passage des années un modèle de liberté et de lutte contre les discriminations d’une société suffocante et bigote.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

À partir d'un travail précis et passionné sur les documents conservés aux Archives littéraires suisses (Highsmith a vécu les dernières années de sa vie dans le Tessin) et les très précieux témoignages personnes qui ont eu la chance de rencontrer et d'aimer Patricia Highsmith, Eva Vitija dévoile à travers sa caméra une facette résolument moins connue de l’écrivaine américaine : celle liée à sa recherche incessante et vitale d’amour, de partage physique et émotionnel avec des partenaires qui, souvent, n’arrivaient pas à l’accepter dans toute sa complexité, déconcertante et fascinante. Patricia Highsmith a été une amoureuse en série, c’est certain, mais aussi et surtout une artiste qui a défié les conventions d’une société patriarcale hétéronormée qui ne se représentait les femmes que comme des épouses et mères, des dociles et prévisibles compagnes de vie dépourvues de volonté propre. Quoiqu'issue d'une famille texane, protestante et sudiste, Highsmith n’a jamais cédé à la "facilité" d’une vie ancrée dans les conventions et la préservation d'une façade grotesque fondée sur les mensonges. Sa passion, pour l’écriture mais aussi et surtout pour la vie dans toute sa bouleversante diversité et sa complexité (Highsmith fut une avide voyageuse), l’a amenée loin de son Texas natal, pour aller chercher ailleurs son être profond. Highsmith n’a jamais interprété aucun rôle genré (binaire) ; son identité a toujours été volontairement ambiguë et insaisissable, malléable et en constante mutation, comme dirait Paul B. Preciado. Son être échappait aux autres comme à elle-même, un magma bouillonnait dans sa chair, indomptable et crépitant. Dans son film, Eva Vitija est parvenue à saisir et rendre tangibles les innombrables facettes d’un être en lutte constante avec ses propres démons, mais aussi et surtout avec une société qui concevait la diversité comme une dangereuse anomalie, et non comme une force créative.

Bien que Highsmith ait été forcée de vivre une double vie, de cacher au grand public et à sa famille ses innombrables et intenses relations, l’amour a toujours été le moteur et le thème central de son univers artistique. La voix off de Gwendoline Christie (Game of Thrones) accompagne le public dans l’univers de Highsmith, reconstruit grâce à des documents d’archives, des photos inédites et des témoignages intenses et touchants de sincérité de ceux et celles qui l'ont connue, aimée et vénérée. Loving Highsmith est aussi et surtout un très bel hommage à l’amour entre femmes, à l’identité lesbienne (pour reprendre les mots de Monique Wittig) et aux combats de toutes celles et ceux qui ont vécu dans leur chair la violence d’une société qui les voyait comme des "personae non gratae". À cet égard, on trouvera particulièrement touchants et courageux les témoignages de Marijane Maeker, Monique Buffet et Tabea Blumenschein, amantes et amies de Highsmith.

Le film d'Eva Vitija est un voyage protéiforme, intense et émouvant dans l’univers artistique et humain d’une des écrivaines les plus fascinantes du panorama littéraire mondial. Un univers fait d’obsessions, de secrets et de passion, un univers volontairement complexe dans lequel l’ambiguïté devient force et non plus faiblesse.

Loving Highsmith a été produit par Ensemble Film (Zurich), Lichtblick Film- und Fernsehproduktion (Cologne), ZDF/Arte, RSI (Radio televisione svizzera) et SRF (Schweizer Radio und Fernsehen). Les ventes internationales du film sont gérées par Autlook Filmsales (Vienne).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy