email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

IFFR 2022 Compétition Big Screen

Critique : Broadway

par 

- Christos Massalas signe un premier long hybride, un thriller mêlant romanesque et réalisme social, sur une petite communauté de pickpockets à Athènes

Critique : Broadway

"Chacun devrait connaître sa place. Si on l’outrepasse, il faut prendre ses responsabilités. Rien n’est gratuit." Se libérer des normes sociales, vivre en phalanstère hors la loi, danser sur les toits, tout cela distille des parfums enivrants, mais un asservissement peut facilement en cacher un autre, car les sentiments et l’argent, le pouvoir et l’anarchie, font rarement bon ménage… Tel est le sujet abordé de manière intrépide et protéiforme par le cinéaste grec Christos Massalas avec son premier long métrage, Broadway [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, dévoilé dans la compétition Big Screen du 50e IFFR (en ligne) et aussi en vitrine cette semaine au Festival Premiers Plans d’Angers.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Rythmé par la voix-off de sa protagoniste Nelly (Elsa Lekakou) qui raconte en flashback ses mésaventures ("je me retrouvais sans cesse dans des situations foireuses… mais revenons au commencement"), le film démarre dans le parloir d’une prison sur un échange verbal sexuellement très chaud. De l’autre côté de la vitre se tient Markos (Stathis Apostolou), un voyou rencontré par la jeune femme plusieurs mois auparavant dans un night-club minable où elle s’escrimait en pole danseuse et tentait d’échapper à son passé et aux sbires envoyées par sa mère (un "monstre" ayant épousé un riche "pitbull") afin de la ramener à la maison. Sauveur d’un soir et immédiatement son amant, Markos introduit Nelly au cœur du petit monde de Broadway, une sorte de squat niché dans un complexe de spectacle abandonné, avec salle de théâtre à l’intérieur et grand écran de cinéma en plein air sur le toit. Y vivent aussi le gentil couple gay Rudolph (Rafael Papad) - Mohammad (Salim Talbi), le trouble "le Serrurier" (Hristos Politis) et Jonas (Foivos Papadopoulos), un homme au visage amoché qui se cache et que l’on va déguiser en femme (renommée Barbara) pour le soustraire aux recherches d’un très puissant malfrat athénien surnommé Le Marabout. Le tout sans oublier un petit singe en cage, gentil mais qui a la rage. Bref, c’est une communauté plutôt baroque dans laquelle Nelly s’insère, un petit groupe qui survit en bande organisée de pickpockets (orchestrant des danses de diversion) en marge de la société. Mais l’équilibre précaire de cette confrérie de voleurs ("comme des magiciens, ils travaillent avec la distraction ; ça marche car les humains sont des animaux à courte vue : ils ne se concentrent que sur une seule chose") et l’utopie d’une existence de liberté fantasmée, vont très vite voler dangereusement en éclats…

Jouant avec les codes du thriller, de la comédie musicale, du réalisme social (dans une Athènes de crise économique) et de l’œuvre en miroir symbolique de la société du spectacle dans un capitalisme gangrené, Broadway oscille entre conte ludique et énergique (sur une musique composée par Gabriel Yared) et film noir décalé. Un mélange hybride qui évolue en funambule audacieux parfois à la limite du déséquilibre car Christos Massalas a voulu mettre beaucoup de choses dans son premier opus (passé notamment en développement par l'Atelier de la Cinéfondation du Festival de Cannes). Doté d’une solide maitrise visuelle, le réalisateur démontre un potentiel foisonnant qui ne demande qu’à être canalisé.

Produit par les Grecs de Neda Film avec les Français de Blue Monday Productions, et coproduit par les Roumains de Digital Cube/Avantpost, Broadway est vendu à l’international par Le Pacte.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy