email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2022 Compétition

Critique : Les Huit Montagnes

par 

- CANNES 2022 : Qu’est-ce que l’amitié ? Qu’est-ce que la nature ? Felix Van Groeningen et Charlotte Vandermeersch tissent un film touchant à l’essentiel, d’une grande amplitude romanesque et visuelle

Critique : Les Huit Montagnes
Luca Marinelli et Alessandro Borghi dans Les Huit Montagnes

À l’intérieur d’un cercle se trouvent huit montagnes et huit mers, et au centre une grande montagne : l’axe du monde dans la mythologie hindoue. "Qui en a vu le plus ? Celui qui a fait le tour des huit montagnes et des huit mers ou celui qui est au centre ?" Telle est la question existentielle nichée au cœur du nouvel opus du romantique Belge Felix Van Groeningen qui a co-réalisé avec Charlotte Vandermeersch, Les Huit Montagnes [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Felix van Groeningen & Cha…
fiche film
]
, une très belle adaptation du best-seller éponyme de l’Italien Paolo Cognetti, qui été dévoilée en compétition au 75e Festival de Cannes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"Je pourrais rester comme ça pour l’éternité – Moi, je ne bouge pas." Sur les sublimes pentes alpestres du Val d’Aoste, Pietro et Bruno profitent d’un instant de paradis estival. Ils sont amis, très différents, mais intiment liés à ce lieu par plusieurs strates de temps et par une histoire commune où les saisons d’obscurité et les saisons de légèreté se sont succédées depuis leur première rencontre, en 1984, à l’âge de dix ans, dans le minuscule village de Grana (14 habitants) où les parents de Pietro, un ingénieur et une enseignante de Turin, ont loué pour l’été. Là, le timide fils unique citadin fait la connaissance du dernier enfant de Grana, Bruno, dépourvu de mère et dont le père est ouvrier sur des chantiers à l’étranger, ayant laissé son rejeton à son oncle et à sa tante et à leur troupeau de vaches laitières dont il faut s’occuper quotidiennement. Pour les deux garçons, c’est l’entente instantanée, les courses dans les pâturages, les baignades dans le lac et le torrent, les rires, les jeux… L’été suivant, le père (Filippo Timi) de Pietro, féru de randonnées, emmène les deux jeunes sur le glacier pour un périple initiatique qui laissera de profondes traces… Puis alors même que les parents de Pietro s’apprêtent à emmener Bruno vivre avec eux à Turin, le père de ce dernier s’y oppose et l’embarque avec lui.

Près de 20 années passeront avant que nos deux amis ne se retrouvent vraiment… Entretemps, Pietro (Luca Marinelli) aura consommé la rupture avec son propre père mais quand, à sa mort, il remontera à Grana, c’est un tout nouveau chapitre qui s’ouvrira dans son amitié renouée avec Bruno "le montanero" (Alessandro Borghi). Des secrets se révèlent, une maison se construit, une métamorphose se prépare, un nouveau cycle de l’existence s’ouvre…

Récit au très long cours (racontée par Pietro), Les Huit Montagnes a le charme immense d’une grande saga romanesque autour du sujet de la nature, nature des hommes, des sentiments (parfois paradoxaux), de la quête de soi, des liens, du temps et évidemment de l’espace des montagnes (jusqu’au Népal) dans leur essence la plus pure merveilleusement captée par le duo de cinéastes et le chef-opérateur Ruben Impens. Un très vaste territoire où s’épanouit la fibre sensible et sentimentale (un lyrisme non dépourvu de rudesse) caractéristique de Felix Van Groeningen dont on soupçonne néanmoins qu’il aurait volontiers offert encore davantage à la dernière partie de son film tant le matériau de ces deux vies entrecroisées est riche. Une touche d’imperfection qui démontre à la perfection que la simple histoire de deux amis est en elle-même le monde.

Produit par Wildside avec Menuetto, Rufus, Pyramide Productions et Elastic Film, Les Huit Montagnes est vendu à l’international par Vision Distribution.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Galerie de photo 19/05/2022 : Cannes 2022 - Les huit montagnes

35 photos disponibles ici. Faire glisser vers la gauche ou la droite pour toutes les voir.

Felix van Groeningen, Charlotte Vandermeersch, Alessandro Borghi, Luca Marinelli, Elena Lietti, Filippo Timi
© 2022 Fabrizio de Gennaro for Cineuropa - fadege.it, @fadege.it

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy