email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2022 ACID

Critique : 99 Moons

par 

- CANNES 2022 : Ce film de Jan Gassmann se présente comme une histoire d’amour divisée en plusieurs chapitres qui se transforme en pure obsession et défie la conception classique du couple hétérosexuel

Critique : 99 Moons

Avec 99 Moons [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jan Gassmann
fiche film
]
, le réalisateur suisse Jan Gassmann prolonge en quelques sortes le discours sur l’intimité et les relations commencé avec son film précédent, Europe, She Loves [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jan Gassmann
fiche film
]
, qui mettait en scène quatre couples éparpillés dans quatre villes européennes différentes. 99 Moons, projeté en première mondiale à l’ACID du 75e Festival de Cannes, abandonne la forme documentaire pour raconter l’histoire de Bigna et Frank, deux trentenaires aux vies très différentes qui sont confrontés à une attirance entre eux aussi inattendue que bouleversante, un attirance tellement forte qu’elle remet en question leurs certitudes et fait voler en éclats l’image du couple qu’ils avaient imaginée pour eux-mêmes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le nouveau long-métrage de Jan Gassmann met en scène deux personnages trentenaires : Bigna, une scientifique spécialisée dans les tsunamis qui est sur le point de partir au Chili pour un programme de recherche dont elle rêve depuis longtemps et Frank, le hipster typique dont les principaux intérêts sont les fêtes, les discussions jusqu’à l’aube avec les amis et les paradis artificiels. Au-delà de leurs styles de vie, ce qui semble les différencier, mais en fin de compte les rapproche irrésistiblement, c’est leur conception du désir et du couple.

Si Bigna (interprétée par Valentina Di Pace, pour la première fois à l'écran) a besoin d'organiser jusqu’au moindre détail ses brèves rencontres nocturnes, qui se déroulent comme des jeux de rôles entre inconnus où elle se transforme en dominatrice sans pitié, Frank (Dominik Fellmann, lui aussi débutant) semble emprisonné dans son rôle d’homme cisgenre apparemment ouvert mais en réalité suffoqué par des clichés qui impliquent la domination et la suprématie de la pénétration. Il est pour lui difficile d’admettre qu’il ressent du désir et de l’excitation à travers ces jeux de rôle dans lesquels il adopte (volontairement) une position subordonnée. Cette prise de conscience douloureuse et déstabilisante à certains égards l'amène à remettre en question tout un système de valeurs : l’exaltation du couple hétérosexuel et monogame, l’idée d’une masculinité virile et conquérante. Malgré son apparente ouverture d'esprit, l’abandon des rôles de genre classiques s'avère beaucoup plus difficile que ce qu’il croyait. Bigna va de son côté devoir revoir les règles qu'elle s'est fixées et la possibilité de les enfreindre au nom d’une attirance qu'il serait limitant de définir comme de l’"amour".

Jan Gassmann met en scène l'histoire de Bigna et Frank en différents chapitres faits de rencontres et d’abandons qui se succèdent sur plus de huit ans. Huit ans pendant lesquels les remises en question sont sans fin, accompagnées d’un désir qui semble ne pas vouloir s’éteindre et qui se transforme en véritable obsession. Si tous les deux tentent, séparément et ensemble, de suivre la voie de l'hétéronormativité, celle-ci semble immanquablement déboucher sur une impasse. Ce qui les unit semble à l’inverse être intimement lié à une liberté et une unicité qui ne peuvent (ni ne veulent) se laisser brider, quelque chose d’unique qui n’appartient qu’à eux et que Gassmann n'hésite pas à montrer à travers des scènes de sexe directes et frontales qui défient nos habitudes en tant que spectateurs.

Qu’est-ce qui différencie sexe et amour ? Est-il vraiment possible de dicter des règles communes pour chaque couple ? Et si les injonctions et l’impossibilité de choisir librement les règles qu'on veut suivre étaient justement source de destruction ? Voici quelques unes des questions auxquelles essaie de répondre Gassmann en mettant en danger un équilibre qui définit notre société même.

99 Moons a été produit par Zodiac Pictures et la SRF Schweizer Radio und Fernsehen. M-Appeal s’occupe des ventes internationales du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy