email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT Europe

Eurimages soutient 24 coproductions

par 

- Les nouveaux projets de Miguel Gomes, Javier Rebollo, Claire Burger, Payal Kapadia et Andrei Ujica, parmi les sélectionnés

Eurimages soutient 24 coproductions
Le réalisateur Miguel Gomes, dont le nouveau projet Grand Tour a été sélectionné

Les résultats de la troisième session d’évaluation de projets d'Eurimages pour 2022 viennent d’être annoncés. Sur les recommandations d'experts indépendants qui se sont réunis en ligne, le comité exécutif du fonds a décidé de soutenir 24 longs-métrages, dont 4 documentaires et 3 longs-métrages d’animation, pour la somme totale de 6 707 000 euros. Sur les 24 projets soutenus au cours de la session, 13 sont réalisés ou co-réalisés par des femmes. Ils représentent 53,7 % du montant total du financement accordé.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parmi les films épaulés figure le prochain travail du réalisateur portugais encensé Miguel Gomes (dont le dernier film en date, Journal de Tuoa [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : João Nunes Monteiro
interview : Maureen Fazendeiro et Migu…
fiche film
]
, était à la Quinzaine des Réalisateurs l’année dernière, et qui a d'ores et déjà tourné un autre film, Selvajaria, adapté du roman brésilien Hautes Terres d'Euclides da Cunha), qui a reçu 500 000 euros pour Grand Tour (Portugal/Italie/France/Allemagne), un film qui va nous emmener dans le grand voyage en Asie des fiancés Edward et Molly en 1918, de la Birmanie à la Chine, et s'annonce comme un parcours émouvant et physique unissant Est et Ouest, genre et sexe, temps et espace, réalité et fiction, le monde et le cinéma. Une autre cinéaste portugaise, Teresa Villaverde, dont le film de fiction précédent, Colo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Teresa Villaverde
fiche film
]
, était en compétition à Berlin en 2017, a reçu 415 000 euros pour son prochain projet, Justa (Portugal/France). Deux réalisateurs espagnols font également partie de la sélection : Javier Rebollo, connu pour Ce que je sais de Lola [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, La mujer sin piano [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Javier Rebollo, réalisateu…
fiche film
]
et El muerto [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, a obtenu 150 000 euros pour le projet Close to the Sultan (France/Espagne) ; Carlos Marques Marcet, connu pour 10 000 km [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Carlos Marques-Marcet
fiche film
]
et The Days to Come [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Carlos Marques-Marcet
fiche film
]
, s'est vu allouer 300 000 euros pour They Will Be Dust (Espagne/Italie/Suisse).

Les autres réalisateurs établis qui ont reçu des financements pour leurs prochain projet sont : le Français Emmanuel Finkiel (140 000 euros pour La Chambre de Mariana, une coproduction entre la France, Israël, la Hongrie et la Belgique), la Finlandaise Miia Tervo (360 000 euros pour The Missile, coproduit avec l'Estonie), la Danoise Charlotte Sieling (420 000 euros pour Way Home, coproduit par le Danemark avec la Norvège et l'Allemagne) et le Serbe Szabolcs Tolnai (175 000 euros pour Cycling with Zoli the Turk, coproduit avec la Slovaquie).

Trois deuxièmes longs-métrages de fiction font partie des récipiendaires des aides : Langue étrangère de la Française Claire Burger (France/Allemagne), dont c'est le deuxième long en solo après C'est ça l'amour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Claire Burger
fiche film
]
(149 000 euros) ; Melting of the Ruler du Monténégrin Ivan Salatić (Monténégro/Italie/Serbie/Croatie, 170 000 euros) ; Rome du Danois Niclas Bendixen (Danemark/Italie/Suède, 400 000 euros).

Des premiers films sont dans la liste : All We Imagine as Light de la réalisatrice indienne Payal Kapadia (France/Pays-Bas/Luxembourg/Inde, 150 000 euros), dont le documentaire précédent, A Night of Knowing Nothing [+lire aussi :
critique
interview : Payal Kapadia
fiche film
]
, a gagné l'Oeil d'or à Cannes ; The Green Parrot du duo austro-allemand Elsa Kremser-Levin Peter (Autriche/Allemagne, 300 000 euros), auquel on doit déjà Space Dogs [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Elsa Kremser, Levin Peter
fiche film
]
; Titanic Ocean de la Grecque Konstantina Kotzamani (Grèce/France/Roumanie/Allemagne/Espagne, 500 000 euros) ; Blue Banks de la Roumaine Andreea Cristina Bortun (Roumanie/France, 300 000 euros) ; Milano de la Belge Christina Vandekerckhove (Belgique/Pays-Bas, 257 000 euros) ; Rabia de l'Allemande Mareike Engelhardt (France/Allemagne/Belgique, 290 000 euros). 

Les films d'animation financés sont : The Crystal Planet du Croate Arsen Anton Ostojić (Slovaquie/République tchèque/Croatie, 149 000 euros), Living Large de la Tchèque Kristína Dufková (République tchèque/Slovaquie/Belgique/France, 393 000 euros) et The Faun de l'Italien Augusto Zanovello (France/Pologne/Roumanie, 450 000 euros).

Du côté des documentaires, on trouve parmi les titres financés Things We Said Today du cinéaste roumain aguerri Andrei Ujica (Roumanie/France/Belgique, 137 000 euros), Flowers of Ukraine de l'Ukrainienne Adelina Borets (Pologne/Ukraine, 49 000 euros), Pure Unknown des Italiens Valentina Cicogna et Mattia Colombo (Italie/Suisse/Suède, 98 000 euros) et The Song of Breathing de la Suisse Simona Canonica (Suisse/Italie, 120 000 euros).

Enfin, le comité de direction d'Eurimages a approuvé la création d'une série de Nouveaux Prix Lab destinés à promouvoir et célébrer des cinéastes et artistes visuels non conventionnels, établis et émergents, reconnus pour leur travail audacieux, à leur offrir une plus grande visibilité et à soutenir concrètement leur carrière professionnelle. Trois appels à propositions seront lancés simultanément à la fin du mois de février 2023 afin de sélectionner, pour la période 2024-2026 : les deux initiatives qui présenteront les Nouveaux Prix Lab Eurimages ; les marchés qui présenteront les Prix Eurimages au Développement de la Coproduction et les manifestations qui bénéficieront du sponsoring d’Eurimages.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy