email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

DISTRIBUTION France

Bac Films en péril

par 

Au bord de la faillite il y a un an, la société de distribution et de production Bac Films, numéro 10 au classement 2003 des distributeurs français, arrive la semaine prochaine au terme de son plan de restructuration. Un rendez-vous décisif puisque l’administrateur judiciaire va indiquer au tribunal de commerce si la structure peut continuer sous le régime du redressement judiciaire ou si elle doit être purement et simplement liquidée. Une situation dramatique renforcée par 30 millions d’euros de dettes, par une baisse de 28,6 pour cent du chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année 2003 et par l’annonce lundi 17 novembre du départ du directeur général du groupe Bac Majestic, Alain Mamou-Mani.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Comment la société de Jean Labadie a t-elle pu en arriver à ce point critique? Les analystes évoquent les dérapages de son association avec Canal + et leur ancienne filiale commune pendant deux ans, Bac Distribution (80 pour cent StudioCanal, 20 pour cent Bac Majestic), qui aurait déclenché une spirale inflationniste pour les droits des films. Alors premier distributeur indépendant de l’Hexagone est lancé dans une diversification tous azimuts (production, exploitation...), Bac Majestic commença à manquer d’argent dès le printemps 2002 et frôla le dépôt de bilan en septembre 2002. Des difficultés accélérées par le désengagement de StudioCanal qui décida de reprendre en solo la partie Mars Distribution et de laisser Bac Distribution à Bac Films. Une séparation sur laquelle pesait les 12 millions d’euros de dettes de Bac à l’égard de Canal + et que la chaîne cryptée aurait résolu au printemps 2003 en consentant à Bac une avance de 5 millions d'euros en échange d’une coupure définitive du lien ayant uni les deux groupes.

Selon le quotidien Le Figaro, aucun repreneur ne s’est manifesté en dépit des efforts de Bac pour assainir sa situation financière (cession de sa partie exploitation entre autres) et malgré un alléchant catalogue de plus de 200 films récents (Le Pianiste [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, La vie est belle...). Des droits de films qui intéressent néanmoins plusieurs professionnels français en cas de cessation d’activité de BAC. Seraient sur les rangs Jacques Ouaniche (Noé Productions), Millimages et Exception.
Depuis janvier 2003, Bac a distribué 29 films en salles pour un total de plus de 5,4 millions d’entrées et la société a prévu une vingtaine de sorties pour le premier semestre 2004. Des sorties aujourd’hui menacées qui comptent notamment The soul of a man de Wim Wenders le 14 janvier et Feux rouges de Cédric Kahn le 21 janvier.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy