email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Belgique

Ne pas se reposer sur ses lauriers

par 

Luc et Jean-Pierre Dardenne, pour la seconde fois, après Rosetta en 1999, recevaient dimanche soir La Palme d'Or pour L'Enfant [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Luc & Jean-Pierre Dardenne
fiche film
]
. Le soir même, sur la chaîne de télévision publique RTBF, tous deux rappelaient la profession à la vigilance, que "cette reconnaissance internationale ne déresponsabilise pas les pouvoirs publics", qu'ils enjoignent à "mieux aider le cinéma", Luc Dardenne insistant : "Il faut absolument augmenter le budget de la Commission de sélection des films" car "on a trop peu d'argent pour faire des films en Belgique".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Depuis la création du Centre du Cinéma et de l'Audiovisuel de la Communauté Française de Belgique, les subventions ont pratiquement doublées, passant de 13 millions d'euros à 21 millions, comme le soulignait dans un communiqué la ministre de la Culture de la Communauté française, Fadila Laanan, et la ministre-présidente de cette région, Marie Arena: "Depuis vingt ans, les subsides aux ateliers de production, dont les frères Dardenne sont issus, ainsi que les aides à la production, à la promotion et à la diffusion sont croissants." Et le Centre du Cinéma peut se prévaloir d'avoir soutenu pendant l'année 2004 nombres de films de qualités et des auteurs reconnus, dont les Dardenne (qui ont bénéficié d'une aide de 620 000 euros) mais aussi Lucas Belvaux, Alain Berliner, Marion Hänsel ou des jeunes auteurs prometteurs comme Vincent Lannoo ou Guillaume Malandrin.
Il est vrai cependant que si la Belgique est un petit pays, elle fait preuve d'un tel dynamisme dans le domaine du cinéma que les aides de la Commission de Sélection du film paraissent encore un peu à la remorque de cet immense énergie (33 courts métrages pour 1 135 875 euros et surtout, 38 longs métrages pour 6 182 500 euros - toutes formes d'aides confondues, pour les productions majoritairement belges ainsi que pour les coproductions minoritaires) au vu, en plus, de débouchés en salles restreints.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy