email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE République Tchèque

Opération Barrandov pour James Bond?

par 

Le nouveau James Bond pourrait se voir confier une étrange mission, à ajouter à ses nombreuses aventures sur le grand écran: apprendre le tchèque. La nouvelle, qui reste à confirmer, selon laquelle Casino Royale, de Martin Campbell, pourrait être tourné à Prague a réjoui l’équipe des Barrandov Studios ainsi que leur nouveau directeur, Veslava Piegzova, qui souhaiterait continuer sur la même lancée qu’en 2004, avec 22 films (principalement étrangers) tournés dans les Studios.

Il faudra néanmoins d’abord convaincre l’industrie de cinéma britannique, opposée au choix de Prague dans la mesure où une grosse production britannique, Harry Potter and the order of the Phoenix, a déjà préféré les studios tchèques aux studios nationaux. La délocalisation est donc fortement critiquée par le producteur-metteur en scène Stephen Wooley qui s’est notamment exprimé dans The Times. Il n’est pas le seul à soutenir que même si les coûts de tournage seraient bien moindres à Prague, le label James Bond ne devrait jamais quitter les Studios britanniques de Pinewood, où 18 des 20 films mythiques ont été tournés, sans quoi l’industrie du film locale s’en ressentirait fortement.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le grand réalisateur Roman Polanski a lui-même surnommé les Studios Barrandov “une des plus belles pierres de la couronne (tchèque)”, après le tournage de son adaptation d’Oliver Twist, l’année dernière. Il a estimé que l’équipe des Studios Barrandov continuait de fournir un travail de grande qualité et assuré que Prague n’avait rien à envier aux nouvelles destinations en vogue, comme la Roumanie. Les Studios n’ont cependant pas que des admirateurs. Les réalisateurs tchèques eux-mêmes ne s’en servent plus que pour les costumes et le travail du son, car le prix des prestations est plus élevé qu’à l’étranger. "Les Studios Barrandov ne devraient pas négliger le marché intérieur, affirme le producteur Pavel Strnad, sinon, quand les clients étrangers cesseront de venir, ils n’auront plus rien à faire”. Veslava Piegzova n’est apparemment pas de cet avis. Pour Barrandov, a-t-elle récemment déclaré, le développement de services de qualité pour les productions étrangères reste la priorité. Si les projets Harry Potter et James Bond n’aboutissent pas, Piegzova —et tout le personnel des Studios— se trouvera fort dépourvue.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy