email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION France

La Petite Reine se relance avec Astérix

par 

Retour au premier plan pour La Petite Reine, la société de Thomas Langmann (fils de Claude Berri) qui va produire le 3e volet de fiction cinématographique inspirée des aventures d'Astérix et Obélix. Avec Pathé comme associé, le projet Astérix aux Jeux Olympiques bénéficiera d'un budget oscillant entre 50 et 60 millions d'euros pour un tournage qui devrait débuter en Afrique du Nord (Maroc ou Tunisie) en mai 2006 et une sortie sur les écrans en décembre 2007. Au casting figurent d'ores et déjà Gérard Depardieu (Obélix), Alain Delon (Jules César), Benoît Poelvoorde (Brutus), Dany Boon, Jean-Claude Van Damme et l'actrice indienne Aishwarya Rai, le rôle d'Astérix restant encore à pourvoir. Aux commandes de cette superproduction dont le scénario est cosigné par Olivier Dazat, Charlot, Magnier et Thomas Langmann lui-même, devrait s'installer le réalisateur Frédéric Forestier (Le Boulet).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Agé de 34 ans, Thomas Langmann redonne un coup d'accélérateur à sa carrière après une année 2004 difficile marquée par la déception commerciale de Blueberry de Jan Kounen (765 000 entrées France) et par les déboires du casting de L'Instinct de mort ponctuées par un très médiatique coup de tête assené en novembre dernier par le jeune producteur à l'agent de Benoît Magimel (qui s'était désisté au dernier moment). 2005 a donc remis la Petite Reine sur de bons rails car au-delà d'Astérix, Vincent Cassel semblerait revenir dans le projet L'Instinct de mort (les mémoires du gangster, l'ennemi public n°1, Jacques Mesrine) qui serait réalisé par Jean-François Richet en lieu et place de Barbet Schroeder.

Avec Astérix aux Jeux Olympiques, La Petite Reine et Pathé tiennent évidemment une carte maîtresse puisque les deux premiers volets produits par Claude Berri (Astérix et Obélix contre César en 1999 et Astérix & Obélix: Mission Cléopâtre en 2002) ont cumulé respectivement 9 et 14,5 millions d'entrées dans l'Hexagone, réalisant de surcroît de confortables recettes à l'international (près de 40 millions d'euros pour Mission Cléopâtre).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy