email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Hongrie

Peter Gárdos en lice à Moscou

par 

Première internationale lors de la compétition officielle du 27e Festival International du Film de Moscou (17-26 juin) pour le long métrage The Porcelain Doll (A porcelánbaba) du cinéaste hongrois Péter Gárdos. Récompensé en février au 36e Hungarian Film Week par le prix du meilleur réalisateur et le Gene Moskowitz Prize attribué par la presse étrangère, The Porcelain doll avait aussi valu à Sándor Csányi un titre de meilleur second rôle masculin. Egalement interprété par Lajos Bertók et Judit Németh, le film adapté d’une série romanesque d’Ervin Lázár retrace trois histoires se déroulant dans l’environnement de fermiers vivant un peu hors du monde, selon leurs propres règles, un équilibre perturbé par l’intrusion d’étrangers dont des soldats à cheval, un envoyé du gouvernement promettant de ressusciter les morts et un couple se cachant. Trois épisodes interconnectés et joués par les mêmes acteurs qui renvoient à l’histoire du XXe siècle

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Produit par Dénes Szekeres pour Tivoli, The Porcelain Doll a été coproduit par Duna Television et a bénéficié du soutien de la Motion Picture Public Foundation of Hungary, du Ministère Hongrois de la Culture, ainsi que de la National Radio and Television Commission pour un budget global d’environ 330 000 dollars. A noter que Péter Gárdos ne s’est pas arrêté en si bon chemin puisqu’il a déjà bouclé le tournage de son nouveau film The Real Santa, un long métrage sur lequel Cineuropa reviendra prochainement.
A Moscou, The Porcelain Doll sera aux prises avec 16 autres longs dont 10 autres productions européennes parmi lesquelles La vita che vorrei [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Giuseppe Piccioni (Italie-Allemagne), Wrong side Up de Petr Zelenka (coproduction tchéco-germano-slovaque), Le sourire d’Hassan de Frederic Goupil (France), Brides du Grec Pantelis Voulgaris, The Outcome de l’Espagnol Juan Pinzas ou encore Welcome home [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Abdi Gouhad
interview : Abdul Salis
interview : Andreas Gruber
fiche film
]
de l’Autrichien Andreas Gruber.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy