email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2006 Horizons

Tavarelli et les petits sentiments quotidiens de mal-être

par 

Métros bondés, arrêts d'autobus, allées et venues sur les trottoirs. Composé de micro-histoires qui se croisent avec des quadragénaires comme personnages principaux, Non prendere impegni stasera de Gianluca Maria Tavarelli évolue dans ces environnements où l'on s'observe de loin sans s'impliquer, où l'on se frôle pour un instant, où l'on s'intercepte avant de revenir chacun à sa vie.

"Je voulais évoquer cette période de la vie durant laquelle on est 'Too Old To Rock 'N' Roll Too Young To Die' comme le chantaient les Jethro Tull" explique Tavarelli. "On se voit jeune et on découvre qu'on ne l'est plus. Je n'avais pas l'intention de décrire la crise générationnelle des quadragénaires, mais plutôt un monde de personnages traversés par de petits sentiments de mal-être qui peuvent être surmontés."

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Produit par Pietro Valsecchi et Camilla Nesbitt pour Taodue Film, le film dont la structure fait penser à L'aria serena dell'Ovest de Silvio Soldini, est aussi imprégné du parcours télévisuel aussi bien du producteur que du réalisateur qui a signé de nombreuses séries TV (notamment "Distretto di polizia", "Uno bianca" et "Ultimo"). Mais Non prendere impegni stasera se distingue surtout grâce à son casting qui réunit quelques-uns des meilleurs acteurs italiens de la génération des 30 - 40 ans : Valerio Binasco (notre préféré), Luca Zingaretti, Giorgio Tirabassi, Alessandro Gassman, Michela Cescon, Paola Cortellesi, Francesca Inaudi, Donatella Finocchiaro, Giuseppe Battiston, Rocco Papaleo et Andrea Renzi.

"C'est un film pour lequel le choix des acteurs était important et en même temps amusant" - raconte le cinéaste - "car cela m'a permis d'impliquer un grand nombre de comédiens, y compris dans des petits rôles et même s'ils étaient engagés en même temps dans d'autres films. J'ai rassemblé tous les acteurs qui me plaisaient. Le premier auquel j'ai pensé a été Giorgio Tirabassi qui avait déjà travaillé avec moi sur Borsellino, car il me paraissait être l'acteur idéal pour incarner avec délicatesse et sans forcer le trait un personnage aussi tragique."

Le film qui a coûté environ 2 millions d'euros (sans soutien public) n'a pas encore de distributeur italien comme l'a souligné son producteur Pietro Valsecchi : "nous n'avons pas reçu de propositions satisfaisantes. Je préfère qu'il sorte d'abord à l'étranger et il pourrait trouver son public en France où il existe une sensibilité plus forte pour une ouvre qui dépeint le mal de vivre, la difficulté d'aimer."

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy