email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2006 Horizons

Les femmes syriennes à la première personne

par 

Les réalisateurs nés en Syrie Hala Alabdalla Yakoub et Ammar Al Beik sont venus présenter à la Mostra de Venise le documentaire I am the One Who Brings Flowers to Her Own Grave sélectionné dans la section parallèle "Horizons".

Basé sur des histoires racontées par quelques femmes syriennes – celles qui sont restées au pays et celles qui ont émigré en France – ce documentaire est à la fois un essai sur les mémoires fragmentées d'un pays et un hommage à la poésie comme source d'espérance.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Tourné en noir et blanc, avec une caméra vidéo, collant d'un peu trop près les personnages (captant chaque détail de l'expression des visages, leur nostalgie enfouie), Hala Alabdalla Yakoub – qui montre des moments de sa propre vie, ses parents et son irreprescible besoin de faire un film – n'a pas voulu réaliser un film engagé socialement, elle a plutôt voulu laisser libre court au flot des émotions, comme si elle filmait son journal intime. Le résultat est une compilation de pensées personnelles, captivant parfois son audience, parfois trop hermétiques ou intimes pour permettre au public de s'y identifier.

Ce documentaire à petit budget a été produit par les réalisateurs avec le soutien des Films d'Ici. "Ce film a constitué un défi pour nous. Nous ne voulions pas attendre les sources de financement. Nous voulions être libres, et cette liberté nous a permis de parler d'amour, de sexe, sujets encore tabous chez nous. Ce fut notre manière de surmonter les contraintes de la réalisation en Syrie" conclut Ammar Al Beik.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.