email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Hongrie

Mansfeld en mémoire de 1956

par 

A l’occasion du 50e anniversaire de l’insurrection de Budapest en octobre 1956 qui entraîna l’intervention des troupes soviétiques, HungariCom a lancé hier sur les écrans magyars Mansfeld d’Andor Szilágyi. Interprété notamment par Péter Fancsikai (héros de Fateless [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), Maia Morgenstern (La Passion du Christ), Gergo Bárdi, Bálint Egri, Zsolt Dér, Csaba Pindroch et Dani Szabó, le film retrace la destinée tragique de Peter Mansfeld (Péter Fancsikai), un adolescent charismatique âgé de 16 ans, leader d’un groupe de jeunes idéalistes exaltés par les événements de 1956 et révoltés par le règne de la terreur instaurée ensuite à Budapest. Ce romantisme révolutionnaire les amène à constituer une cache d’armes tout en se livrant à des actions qui s’apparentent plus à des blagues de potache en rapport avec leur âge. Mais l’enlèvement d’un officier de police va précipiter leur arrestation. Emprisonnés et torturés en dépit des efforts de la mère de Peter (Maia Morgenstern) pour les sauver, les jeunes gens sont accusés de haute trahison. Et Peter Mansfeld sera exécuté dix jours après son 18e anniversaire, devenant un symbole de la lutte des Hongrois pour la liberté.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Produit par Jeno Habermann pour la société magyare Filmart Kft et par les Canadiens de 21st Century DreamQuest Films en association avec les Hongrois de ProsperoFilm, Mansfeld dont le scénario a été co-signé par le réalisateur et par Zoltan Furedi (également producteur côté canadien), a bénéficié d’un budget de 3,5 millions d’euros. Il s’agit du second long métrage réalisé par le romancier et auteur théâtral Andor Szilágyi, son premier film Rose’ Songs (déjà avec l’actrice roumaine Maia Morgenstern) lui ayant valu une mention spéciale en 2003 au festival de Karlovy Vary.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.