email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Slovaquie

10 films par an, c'est l'objectif du Ministre de la culture

par 

Marek Madaric s'apprête à conquérir un territoire où jusqu'ici aucun Slovake ne s'était aventuré. Le nouveau ministre de la Culture a fait savoir que le nouvel objectif à atteindre en terme de productions cinématographiques est de réaliser 10 titres par an dès 2008.

Dans d'autres pays d'Europe de la taille de la Slovaquie, ce genre de déclaration ressemble plus à une blague mais en Europe Centrale, ce propos est tout à fait sérieux. Depuis 2000, la moyenne est plutôt de six films par an, avec plus ou moins deux films entièrement produits par des fonds slovaques. En 2006, il n'y a pas eu une seule production slovaque entièrement produite nationalement.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

"Il est très important que le gouvernement, les producteurs et les télévisions aient une approche commune si l'on veut remettre le cinéma slovaque sur les rails" expliquait Madaric à la presse. Son ministère est actuellement en train de mettre au point une nouvelle loi concernant les subventions culturelles visant à faciliter les aides à la réalisation, et son but principal est de remettre la télévision publique (SVT) "en selle sur les coproductions."

STV a longtemps été l'un des principaux partenaires du cinéma mais n'est plus vraiment entré en coproduction sur un projet depuis 2003. Madaric, ancien président de la chaîne et dramaturge, aurait persuadé la télévision publique de dégager un peu moins d'un million d'euros pour soutenir quatre films dans les prochains mois. Et plus serait à l'horizon pour l'an prochain.

Les producteurs slovaques y voient un développement encourageant : " L'aide de STV est essentielle car elle nous permet aussi de souscrire aux subventions européennes", explique Patrik Pass, président de l'association des producteurs de l'audiovisuel slovaque (SAPA). “Si nous n'arrivons pas à renouveler tout cela, nous allons rester à la traîne de l'Europe [en terme d'investissements cinématographiques]".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy