email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

EXPLOITANTS Belgique

Une classification des films?

par 

- Les exploitants belges créent leur système de catégorisation des films, dans l'attente d'une législation nationale

L’association belge des distributeurs de films (ABDF) s’inquiète de la mise en œuvre par plusieurs exploitants de salles de leur propre système de catégorisation des films, dans l’attente d’une réglementation nationale. Depuis 4 mois, le groupe Carpentier, exploitants de multiplexes à Mons et Tournai a mis en place sa propre signalétique, tandis que Kinepolis mettra en œuvre dès le 1er octobre un système de guide parental semblable à celui en vigueur aux Pays-Bas. Baptisé , ce système hollandais indique à l’aide de pictogrammes si les films, les vidéos, les programmes de télévision ou les CD Roms peuvent être vus en toute tranquillité par les enfants répartis en trois catégories : moins de 6 ans, moins de 12 ans, moins de 16 ans. Ces pictogrammes renseignent également sur le caractère violent, effrayant, osé ou vulgaire du film répertorié, en fonction des réponses fournies par les producteurs ou distributeurs à un questionnaire détaillé, les abus étant punis de sanctions financières.
En Belgique, les distributeurs craignent que la présence de différents systèmes de classification et de signalisation ne créent la confusion dans le public, d’autant qu’il ne s’appliqueront pas à la vidéo ou la télévision. Les autorités publiques préparent du reste une révision de la législation, applicable à tous les supports, ainsi qu’à une modernisation de la commission de contrôle jusqu’ici compétente en la matière mais très controversée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy