email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE France

Armistice signé entre techniciens et producteurs

par 

Une seule journée de grève mardi dernier des techniciens de la production cinématographique et audiovisuelle française (lire la news) a suffi à accélérer les négociations avec les producteurs et a conduit à la signature d’un accord d’étape mettant provisoirement fin au conflit qui a affecté une quarantaine de tournages dans l’Hexagone, reportant notamment le démarrage de celui Agathe Cléry d’Etienne Chatiliez.

Cinq organisations de producteurs ont entériné l’accord, acceptant de revaloriser de 1,14 % à partir du 1er juillet 2007 les salaires de la grille actuelle 39 heures des ouvriers et techniciens de la production cinématographique : l’APC (Association des producteurs de cinéma), l’API (Association des producteurs indépendants ), le SPI (Syndicat des producteurs indépendants), l’UPF (Union des producteurs de films ) et l’AFPF (Association française des producteurs de films et de programmes audiovisuels).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cependant cet armistice n’entraîne pas la fin des négociations en cours sur la modernisation nécessaire des conventions collectives des ouvriers et techniciens de l’industrie cinématographique qui datent de 1950 et 1960. Les protagonistes ont désormais une petite année devant eux pour trouver un terrain d’entente sous l’égide du ministère du travail.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.