email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2008 Horizons

Les nobles intentions de PA-RA-DA

par 

Les nobles intentions de PA-RA-DA

Il ne suffira pas à tarir la controverse semée par le quotidien allemand "Der Spiegel" (qui a accusé il y a quelques jours la Mostra de protectionnisme), mais le chiffre n'en reste pas moins significatif : au moins trois films italiens présentés à Venise (sans compter les documentaires) ont été tournés dans une langue étrangère et sortiront donc sur le marché national en version "non-originale".

Le premier, PA-RA-DA [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, ouvre aujourd'hui la section Horizons. Il a été réalisé par Marco Pontecorvo, fils du mythique Gillo de La Bataille d'Alger, qui s'est fait remarquer pour ses talents de directeur de la photographie auprès de grands maîtres comme Francesco Rosi (La Trève) et Michelangelo Antonioni (Eros).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
EFP hot docs

Son film, tourné en neuf semaines à Bucarest (avec une halte parisienne à l'ombre de Beaubourg), reparcourt l'aventure humaine (et humanitaire) de Miloud Oukili, clown franco-algérien qui, dans les années 1990, s'est consacré à sauver les enfants des rues de la capitale roumaine de leurs destins faits de drogue et de prostitution.

Miloud, qui avait alors vingt ans (et qui est présent sur le Lido en signe d'approbation du film qui retrace sa biographie), est ici interprété par le Français Jalil Lespert, dont ce n'est pas le premier rôle témoignant de son engagement social : "Notre métier est vraiment extraordinaire quand il nous permet de faire réfléchir les spectateurs sur des sujets importants".

PA-RA-DA, filmé en 16mm par le directeur de la photographie Vincenzo Carpineta ("pour s'approcher plus librement des jeunes protagonistes sans devenir invasif comme peut l'être le numérique et maintenir la magie du cinéma", a expliqué le réalisateur), a beaucoup touché les accrédités, qui ont pu le découvrir hier. Le mérite en revient sans doute à ses nobles intentions plus qu'à son scénario, un peu trop panégyrique, ou qu'à sa mise en scène, d'allure parfois télévisuelle.

L'émotion des journalistes ne manquera cependant pas d'être partagée par les spectateurs, confirmant ainsi la foi de Pontecorvo en "l'attrait commercial du film qui peut, par son humanité, plaire au public".

Ce titre, produit par Panorama Films en collaboration avec Rai Cinema et avec l'aide du MiBAC pour un budget de 2,4 millions d'euros (couverts à 20% par la société française Yalla Films et à 10% par la maison roumaine Domino Film), sortira en Italie (en version doublée) le 19 septembre (distr. 01). Les ventes internationales de PA-RA-DA sont assurées par Beta Film.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy