email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVAL DE ROME Italia

Quand l'amour s'en va, viennent les polémiques

par 

Aujourd'hui aura vraiment été la journée du grand auteur-compositeur gênois Fabrizio De André, disparu en 1999, mais le double hommage que lui a consacré le Festival de Rome (dans la section "L'Autre Cinéma") n'a pas manqué de soulever des controverses.

La querelle vient du différend entre la veuve de De André, Dori Ghezzi, et le réalisateur Daniele Costantini qui, dans Amore che vieni, amore che vai [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(litt. "l'amour qui vient, l'amour qui va"), produit par Goodtime en collaboration avec Rai Cinema et distribué en Italie par Istituto Luce à partir du 14 novembre, transpose sur la toile le roman "Un destino ridicolo", écrit par le musicien lui-même et Alessandro Gennari. "Le livre non plus ne m'a jamais plu ; j'aurais préféré que ce film ne soit pas fait", accuse la veuve, en direction de laquelle le cinéaste rétorque : "Son opinion me laisse presque indifférente. C'est n'est pas à elle de décider ce qu'on peut faire ou pas".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film, dont le titre vient d'une chanson de De André (insérée dans la bande originale de Nicola Piovani) et dont l'action se situe dans les ruelles de Gênes au début des années 1960, tente d'évoquer les atmosphères et les personnages de l'univers poétique de Faber, entre brigands sardes (Filippo Nigro, déjà présent au festival dans le film Un gioco da ragazze [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), maquereaux au coeur tendre (Fausto Paravidino), contrebandiers (Massimo Popolizio) et prostituées (notamment Donatella Finocchiaro).

Veuve et réalisateur s'entendent néanmoins sur une chose : il aurait mieux valu ne pas programmer le film le même jour que Effedia - Sulla mia cattiva strada, documentaire sur De André (bientôt disponible sur DVD, distribué par Sony) produit par Ghezzi elle-même et réalisé par la journaliste Teresa Marchesi avec nombre de documents inédits. "Ce chevauchement n'est pas ma faute ; cette chère dame ferait mieux de se plaindre aux organisateurs du festival", déclare Costantini, lapidaire.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy