email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Savina Neirotti • TorinoFilmLab

Interview

flv (480x270) [15 MB]

Copiez et collez le code dans votre html pour intégrer cette vidéo, assurez-vous de bien créditer Cineuropa :

Les instigateurs du TorinoFilmLab (TFL) ont de quoi être fiers : pour ce "laboratoire" destiné à soutenir les talents de demain, l'année 2010 aura été bien exaltante. Deux des films soutenus par le passé ont convaincu les jurys internationaux (Agua fría de mar [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Savina Neirotti
fiche film
]
a eu un Tigre à Rotterdam et Le quattro volte [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michelangelo Frammartino
interview : Savina Neirotti
fiche film
]
a obtenu le Label Europa Cinémas à la Quinzaine de Cannes) et l'avenir promet de nouveaux succès.

Sans citer les projets déjà en tournage (ou sur le point de l'être), il suffit de feuilleter la liste des projets à venir du Final Meeting Event 2010 (dans le cadre du Festival de Turin) pour y trouver des récits et des noms (dont certains déjà connus) en passe d'atteindre le grand écran.

Deux cours avancés sont sur le point de s'achever : le "Training", consacré au développement du scénario, et le "Development", qui s'intéresse aux stratégies de coproduction et de financement et s'adresse aux projets qui ont déjà un producteur.

Parmi les initiatives nouvelles du Lab, on trouve un programme de formation baptisé "Interchange", organisé en partenariat avec le Festival de Dubai et EAVE, qui met l'accent sur les coopérations entre l'Europe et le monde arabe (notamment la zone du Golfe et certains pays du Moyen-Orient, comme le Bahrein, l'Irak, la Jordanie, le Koweit, le Liban, Oman, les territoires palestiniens, le Qatar, l'Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et le Yemen) : "En général, les pays arabes s'adressent aux États-Unis, explique Savina Neirotti, directrice du TFL, mais cette fois ils se sont tournés vers le TorinoFilmLab. L'objectif est de contribuer à construire les fondations d'une industrie, de former les jeunes producteurs locaux".

Un autre aspect inédit cette année est la collaboration du TFL avec le Pixel Lab et le Pixel Market (organisés par la société anglaise Power to the Pixel), qui se consacrent au développement et à la coproduction d'oeuvres trans-média : "J'ai choisi trois projets présentant d'amples possibilités", précise Neirotti, qui se félicite également de la création du Prix du public, récompense d'une valeur de 30 000 euros assignée par les professionnels présents aux présentations des onze projets en quête de coproducteurs dans le cadre du Programme "Development" (soit environ 150 producteurs du monde entier).

Les Prix de la production, bourses de 50 000 à 200 000 euros attribuées par un Comité consultatif international, ont été confirmés.

Lire aussi

Privacy Policy